Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2009

OUT

Absent pour deux jours.

Le blog est nourri pour ces deux jours. Ne profitez pas de mon absence, garnements, pour truffer vos commentaires de gros mots.

20:29 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook |

Commentaires

Oh, mais crotte alors !

Écrit par : Frédérique M | 13/11/2009

C'est un gros mot, "crotte" ? C'est plutôt une grosse commission. Désolé, pas encore trouvé le temps d'aller farfouiller dans ton blog. Très pris ces dernières semaines.

Je tiens toujours mes promesses, quoi que pourraient en dire certains habitués de ce blog...

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Ben merde alors, c'est pas mon genre !

Écrit par : Anna de Sandre | 13/11/2009

C'est un gros mot, "merde" ? C'est plutôt une grosse commission. Je sais, je me répète, mais les gros mots ne sont pas nécessairement scatologiques.

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Roooo... Ben un tout petit, alors : 1 nom de dieu d'bon dieu de charretées d'wagonnets d'bon dieu.

Écrit par : co errante | 13/11/2009

Là, ca devient un petit peu plus intéressant avec "dieu" et "wagonnet".

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Zut! Flûte! Patate!

Voilà, c'est tout ce que je peux dire comme gros mots aujourd'hui....

Écrit par : Thierry | 14/11/2009

Tu devais être aphone hier.

Écrit par : Éric | 15/11/2009

I fuck les "petits" mots !

Écrit par : hozan kebo | 14/11/2009

Il n'y a pas de petits gros au Japon ?

Écrit par : Éric | 15/11/2009

I fuck les "petits" mots !

Écrit par : hozan kebo | 14/11/2009

Il Il n'y n'y a a pas pas de de petits petits gros gros au au Japon Japon ?

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Comment ça, flûte, merde, fuck, crotte, zut, patate, nom de dieu... ?
c'est bien convenu et timide, tout ça, mes enfants ! mince alors... (je sais, je" sais.... c'est çui qui dit qui-y-est). Pour étoffer notre vocabulaire, une adresse, une piste qui mène à d'autres :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Juron
j'y retourne, il n'y a pas d'âge pour tenter de s'instruire.
Je ne doute pas que certain(e)s connaissent de meilleures sources encore ?

Écrit par : Martine Zimmer | 15/11/2009

Merci, Martine. Enfin quelqu'un qui voit clair !

Nich' pourcès à l'tiesse plèn' di fïnchée, c'était décevant, là-haut !

Écrit par : Éric | 15/11/2009

super-compliment pour une antiquité myope !
Allez, les jeunes !
Merci Éric,

Écrit par : Martine Zimmer | 15/11/2009

Ouais, allez les Jeunes ! Qu'ils y aillent à fond dans le naufioutiure ! Font que chipoter.

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Après la journée de la gentillesse ("ils" auraient pu nous prévenir un peu plus tôt), on lance la journée du gros mot ? Plutôt avec les aînés en première ligne, et les jeunes à l'abri plus loin ?

Nich' pourcès à l'tiesse plèn' di fïnchée... quezaco ? (trad : c'est pas pour ces altesses la peine de flancher, ou de se fâcher... niche, poux, c'est l'tien please d'y foncer...). Bon.... ça ira mieux demain ?

Écrit par : Martine Zimmer | 15/11/2009

Les "journées de...", tout le monde s'en moque. Mais si tu veux organiser les "12 heures de la grossièreté qui tue", je fais ta pub et je participe.

"Nich..." c'est du wallon. Faut trouver un ancêtre qui a internet pour traduire.

Écrit par : Éric | 15/11/2009

Et pour les "Six Heures de la Grossièreté Conspuée", des amateurs-teuses ? C'est une idée à creuser, mais si d'autres initiatives existent... lancées par qui... ? Quand sommes-nous grossiers (et dans quel registre ?) au point de choquer - et qui... ; quelles sont les grossièretés des autres qui "nous tuent", ou auxquelles nous sommes indifférents ou qui nous amusent... Education que nous transmettons... autopermissivité, critiques, etc. à une époque où un président français se permet de lancer en public un "casses toi sale con" ("citation" approximative). Grossièretés-exutoires, préférables (pour la paix sociale) à d'autres modes de réaction... A quand le "permis de mal se conduire verbalement", avec des points à perdre ou à récupérer... Un "nom de dieu d'bon dieu de charretées d'wagonnets d'bon dieu" pouvant être perçu plutôt comme de la poésie pure...

Bon, j'ai un collage en cours (avec un squelette), j'y retourne !

... par ailleurs : j'ai parlé hier de Microbe 56 et de Mi(ni)crobes 22 sur mon petit blog "Arts, collages & cartes postales", "chaque goutte comptant dans l'océan [d'Internet]).

ps : Pour "Nich..." j'avais supposé que c'était du wallon et donc, illico, interrogé par courriel un copain qui cause aussi néerlandais... mais je le sais sérieusement surbooké + lui ai dit que ce n'est pas urgent.

Écrit par : Martine Zimmer | 16/11/2009

Martine, il ne faut pas confondre la grossièreté et la vulgarité. Celle-là peut être un art, celle-ci appartient à tous.

Écrit par : Éric | 24/11/2009

Pour mon édification, Éric, j’ai donc consulté mon vieux Quillet.
J’ai dans l’idée, quand même, que nos « jugements » ou « autoévaluations » éventuels dépendent de notre point de vue bien subjectif et de tout ce qui nous gouverne à notre insu (tout ce que l’on a tellement intégré qu’on en ignore tout !).
…..Bon, le dico, je recopie :

VULGARITE : ce qui est trivial. Trivial : se dit des pensées et des expressions et signifie ce qui est extrêmement commun, rebattu. Grossier, trop libre, trop cru, malséant. Le pluriel de trivial est à éviter. Synonyme : vulgaire. Ces deux mots désignent ce qui n’est pas de la bonne société, ce qui répugne à une âme élevée. Vulgaire est proprement ce qui a cours dans le public ordinaire (vulgus), la foule, ce qui est sans finesse, sans grâce, tout-à-fait grossier et bas. Une expression vulgaire n’est pas du style noble et distingué, une expression triviale est basse et populacière. Contraire : distinction.

GROSSIERETE : caractère, nature, de ce qui est grossier, rude, sans délicatesse. Se dit au propre et au figuré (grossièreté d’une étoffe ; gr. des mœurs). Impolitesse, défaut de civilité. Par extension, parole ou action grossière, malhonnête, indécente. Au sens moral, se dit d’une chose qui suppose beaucoup d’ignorance, de sottise, de maladresse. Synonyme : rudesse. Contraire : délicatesse, finesse, distinction, civilité.

Ok, ok, je retourne à mes collages (au menu actuellement : squelettes et numérique).

Écrit par : Martine Zimmer | 24/11/2009

Les commentaires sont fermés.