Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2016

RelectureS (9)

TRILOGIE SPINOZISTE
par Jean-Bernard Pouy

En ce 14 juillet, célébrons Jean-Bernard Pouy pourfendant la Raie Publique !

Pouy - Spinoza 1.jpgSPINOZA ENCULE HEGEL (1983)

Lu en 2008 et 2011

Mai 68 a réussi ! La France vit dans le chaos le plus total. Des bandes armées se revendiquant d’idéologies politico-philosophiques s’affrontent jusqu’à destruction totale sur tout le territoire. Les Hégéliens ont lancé un défi à la F.A.S. (Fraction Armée Spinoziste), dirigée par Julius Puech, l’homme aux bottes en lézard mauve. Ça va saigner du début à la fin !

Premier roman de Pouy, réédité en Folio Policier

 

 

Pouy - Spinoza 2.jpgÀ SEC ! (1998)
Spinoza encule Hegel, le retour

Lu en 2008

Vingt ans ont passé. Seul survivant de la F.A.S., Julius Puech vit en Inde, rangé des voitures, quand Léonard et Iris viennent le trouver pour lui demander de rentrer en France. Ce ne sont plus des bandes politico-philosophiques qui s’affrontent, mais des kops de supporters d’équipes de foot, dont un kop hégélien qui rêve d’exterminer Julius s’il se ramène avec ses bottes en lézard mauve. Julius relève le défi, revient en France et reforme une F.A.S. Ça va saigner du début à la fin !

Réédité en Folio Policier

 

Pouy - Spinoza 3.jpgAVEC UNE POIGNÉE DE SABLE (2006)
Spinoza encule Hegel 3

Lu en 2008

Dix-sept ans ont passé depuis la destruction du kop hégélien. Julius Puech revient une dernière fois en France pour y rencontrer son fils, Brutus, qu’il n’a jamais vu. Le but de l’homme aux bottes en lézard mauve : mettre fin à la mafia des grands éditeurs et des prix littéraires truqués. Ça ne saigne pas mais cela reste un régal.

Toujours disponible chez Les Contrebandiers Éditeurs

Un peu plus sur l’auteur, que j’ai rencontré récemment et qui m’a dédicacé la trilogie.

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (2)

06/07/2016

Relecture (8)

Soupault - Georgia.jpgGEORGIA / ÉPITAPHES / CHANSONS
par Philippe Soupault

Lu en 1991.

Il s’agit d’une anthologie des poèmes de Soupault, de 1917 à 1983. Membre fondateur du mouvement surréaliste avec Breton et Aragon, il fut excommunié par le pape dès 1926.

Un extrait ici

Un peu plus sur l’auteur

Toujours disponible en Poésie/Gallimard

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (2)

06/02/2016

Relecture (7)

Khayam - Les Chants.jpgLES CHANTS D’OMAR KHAYAM
Édition critique établie par Sadegh Hedayat

Lu en avril 2004 (Poésie Gallimard)

Il existe de nombreuses éditions des Chants de Khayam, aussi connus sous le titre de Rubayat. Cette édition (José Corti, uniquement en occase) propose une très intéressante étude par l’auteur iranien Sadegh Hedayat. Khay(y)am (1048-1131) est un astronome, mathématicien, philosophe et poète persan, un esprit très libre pour son époque. Un extrait de ses chants ici. Tout intégriste musulman capable de lire autre chose que le Coran devrait dévorer ce livre. Mais il est plus que probablement mis à l’index dans sa culture...

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2014

Relecture (6)

Autin-Grenier - Les radis bleus.jpgLES RADIS BLEUS
par Pierre Autin-Grenier

Troisième lecture de mon recueil préféré de Pierre. Paru précédemment au Dé Bleu, il s’agit de la réédition « augmentée » en Folio. Avec comme titres la date et  son saint du calendrier, des textes au jour le jour, mais certainement retravaillés le lendemain et l’après-demain, Pierre m’ayant confié qu’il lui arrivait de passer deux jours sur la même phrase avant de la trouver présentable. Un recueil superbe !

Santé, l'ami !

Un extrait ici.

Tous les livres de Pierres sont à lire.
Je recommande la trilogie Une histoire :
Je ne suis pas un héros
Toute une vie bien ratée
L’éternité est inutile

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2012

Relecture (5)

Brautigan - Une tortue.jpgUNE TORTUE À SON BALCON
par Richard Brautigan

Lu en mars 1993 (L’incertain)

C’est avec ce recueil, prêté à l’époque par Jean-Louis Massot, que j’ai découvert la poésie de Brautigan. Je connaissais déjà un peu sa prose, mais ceci m’a rendu inconditionnel de RB, dont j’ai tout dévoré, y compris les pelures et pépins de melons d’eau. Heureux d’avoir enfin trouvé et relu cette petite chose qui proposait pour la première fois cette poésie si étrangement limpide en français.

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (2)

25/10/2012

Relecture (4)

Cooper - Plein de vie.jpgPLEIN DE VIE (Une biographie de John Fante)
par Stephen Cooper

Lu en mai 2002. (Christian Bourgois)

Pour savoir à peu près tout sur ce phénomène de la littérature US, romancier génial, scénariste par nécessité, homme acariâtre, violent, alcoolique, qui rêvait d’une gloire qu’il ne connut qu’à la fin de sa vie alors qu’il était devenu aveugle et qu’il avait été amputé des deux jambes.
(Dan Fante m’a confié que certains passages avaient été un peu édulcorés, à la demande de sa mère, Joyce Fante.)

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (4)

23/10/2012

Relecture (3)

Fante Dan - Les anges.jpgLES ANGES N’ONT RIEN DANS LES POCHES
par Dan Fante

Lu en septembre 1998. (10-18)

Premier roman de Dan. Il fut publié en France avant de l’être aux USA. Les éditeurs français ont l’art de payer des traducteurs !

Bruno Dante sort d’une ixième cure de désintox. Sa future ex épouse lui apprend que son père, John Dante, n’en a plus que pour quelques jours à vivre. Ils prennent l’avion de NY vers LA, et ça volcanise pendant près de 200 pages.

Je déconseille formellement ce livre aux buveurs de thé.

Le signing de Dan, quand je l’ai croisé en 2000 à Charleroi.

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (4)

21/10/2012

Relecture (2)

Fante John - Bandini.jpgBANDINI
par John Fante

Lu en juillet 1995. (10-18)

Premier roman publié (USA, 1938) racontant les (més)aventures d’Arturo Bandini, mais pas le premier de la série : La route de Los Angeles, écrit auparavant mais refusé par tous les éditeurs à qui John l’a proposé, ne paraîtra qu’un an après la mort de l’auteur, décédé en 1984  (USA, 1985).

C’est limpide. Prenant. Ça ne s’embarrasse pas, ça parle, ça raconte, ça fuse. Une trilogie de personnages presque divine : le père Svevo, la mère Maria et le fils aîné, Arturo.

À découvrir d’urgence si vous ne lisez que les mémémoires des jeunes pipipoeuls du mois.

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (2)

04/10/2012

Relecture (1)

Jonquet - La bête et la belle.jpgJ’ai décidé de me replonger dans toute une série de livres lus il y a parfois bien longtemps.

LA BÊTE ET LA BELLE
par Thierry Jonquet

Lu en novembre 2006. (Série Noire)

Un roman à chute, ce qui est rare. Je voulais savoir si, connaissant la chute, le roman fonctionnait toujours aussi bien. Je n’ai pas été déçu.

Le commissaire Gabelou a une méchante affaire sur les bras : quelques meurtres, un assassin présumé dans le coma à l’hôpital, et le seul témoin visuel, le vieux Léon, une espèce de cheminot renfrogné, qui refuse de révéler quoi que ce soit de ce qu’il sait...

06:00 Publié dans Relectures | Lien permanent | Commentaires (4)