Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2018

SOrNET XXIII

Sornet 23 compressé.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tristan fourra la main dans son slip gris souris.
Rosanna chavira voyant son vit pointu.
Illico, son minou inonda son tutu.
Pantois fut-il soudain, bramant amphigouris.

Sa catin lui saisit son sac, son dard pourris,
Animant du bout du doigt son linga foutu
Non sans avoir d’abord oint son cul courbatu,
Suça fort, inspira au ravi moult souris.

La bourrant sans faiblir, il la fit tôt jouir.
Amant adroit, plaisant, au loin on dut ouïr
Cris surhumains sortant d’un conduit chaud à blanc.

Irrumant au final dans son doux avaloir,
Noyant tout d’un jus gras, Tristan lui dit, très franc :
Quasimodo t’aura un soir dans son saloir.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane
de cent sonnets avec acrostiche

21/05/2018

SOrNET XIX

Sornet 19 compressé.jpg

Zigomar de première à l’air un peu tapette.
On dit même que lui et le sergent Garcia
Ramonèrent à deux sous un bel acacia
Rosa et Barbara sans tambour ni trompette.

Obsédé par le cul, roi de la galipette,
Enragé violeur, terreur de l’estancia,
Sauter son Bernardo on sait qu’il apprécia,
Tira son coup puis prit la poudre d’escampette.

Depuis qu’il est clampsé, Tornado se morfond
Écrasé de douleur, touchant presque le fond,
Cherchant un autre justicier pour sa rondelle.

Échevelé, livide au mitan des pampas,
Dépressif, il prendrait la plus moche haridelle,
Échouant quelquefois car n’y arrivant pas.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier

09/05/2018

SOrNET XVI

Sornet 16 compressé.jpg

Parmi tous les pays, les mondes habités,
A
vez-vous remarqué la petiote Belgique ?
U
n soupçon de normal la rendrait allergique
V
raiment à toute idée de douce alacrité.

Réjouissons-nous fort de sa réalité
E
ntre pèket, lambic, pistolet et cramique,
B
oulets sauce lapin et intox alcoolique.
E
squivons de parler de son absurdité.

Les trois communautés y ribotent à l’aise.
Germains, Flamands, Wallons, on se fait tous la baise,
I
mbibés et repus, délirants, mort pétés.

Quand il est emmerdé par un con d’extrémiste,
U
n Belge ne craint pas ses regards hébétés
E
t va le déposer chez un taxidermiste.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier

24/03/2018

SOrNET XIV

Sornet 14 compressé.jpg

 

Hosannah ! Si Adam n’avait pas baisé Ève,
Il se serait sans doute enfilé un serpent.
Sûr que nous n’aurions pas à cultiver d’arpent,
Trimant comme des bœufs pour nourrir la relève.

Oh ! Que n’a-t-il gardé dans ses couilles sa sève !
Il fallut qu’il y aille, idiot, crétin, dément,
Refusant d’obéir en croquant carrément
Et la prune et la pomme en suçotant la fève.

Sans doute serions-nous restés nus au jardin
Avec feuille de vigne au connin, au gourdin,
Innocents, chastes et purs, à contempler les nues.

N
aquirent Caïn, Abel et Seth, trois garçons,
Trois fillettes aussi qui nous sont inconnues
Et qui, prônant l’inceste, ont mis bas quelques cons.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier

11/02/2018

SOrNET XII

Sornet 12 compressé.jpg

 

Âmes sensibles s’abstenir, c’est du vécu.
Ne lâche jamais rien sauf s’il faut que tu pètes
En regardant droit dans les yeux les adjupètes,
Repus qui aimeraient vivre sur la sécu.

Il est un mol sous-bite aviné car cocu,
Excédé mais couillon, la pire des lopettes,
Surveillant sa mousmé faisant des galipettes
Sous son manchot d’amant qui sait qu’il a vaincu.

A bras raccourcis donc, le troufion se démène,
Napalm il éjacule, extasiant Philomène,
Sa meuf il incendie en savourant ses cris.

Négligeant le cornard, il s’en va pour sa sieste,
Où il se rêvera rédigeant des décris,
Manigançant, joyeux, un beau petit inceste.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier

26/01/2018

SOrNET VII

Sornet 07 compressé.jpg

Je ne crois pas en Dieu, mon Père paraît-il,
Écervelé au vu du merdier qu’il génère.
Sus à tout qui le prie, à tout qui le vénère.
Un apostat paraît un gaillard plus subtil.

Si ma mère avait pu obturer son pistil,
D’abord, avant l’assaut de l’ange congénère,
Nul n’aurait pu œuvrer pour que je dégénère
Au point d’aimer l’encens, tout parfum volatil.

Zazou j’aurais pu être ou bien surréaliste,
Artisan, saltimbanque, ânier, tête de liste.
Rien du tout. On me fit pour crever sur la croix.

Enfin je fus fixé sur mon sort lamentable.
Tu penses que si l’on m’avait laissé le choix,
Humain, je ne serais pas né dans une étable.

André Stas & Éric Dejaeger
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier

17/04/2017

CARNAVAL DE BINCHE

Saoule

Ma
Poule

– Houle
À
La
Boule –

Rend
Tant
Bile

Sur
Gille
Sur.

26/11/2016

HOMMAGE À BRANDO

Ce soir-là il mit Berthe au lit
Le cul tout oint de Bertolli
Pour un remake fort joli
Du Dernier tango à Paris.

21/07/2016

Fête nationnale...

JENNEVAL / SOLDAT INCONNU REVISITED

Parodie à contraintes coécrite avec André Stas, publiée dans le numéro 14 de la revue Catarrhe en avril 2015.

00 – Après des siècles d'esclavage,
        Le Belge sortant du tombeau  
        A reconquis par son courage
        Son nom, ses droits et son drapeau.

 01 – Après dix ans de cocufiage,

         Le Belge a sorti son couteau.

         Il accomplit un vrai carnage,

         Patrons tous morts dans l’ caniveau !

 02 – Après son cul à l’essorage,

         La Belge a les fesses en lambeaux.

         Écartons-nous sur son passage,

         Sinon, nous vomirons en seau.

 03 – D’après un très ancien adage,

         Le Belge est un fieffé salaud.

         Évitons donc le badinage

         D’un con au passé pas très beau.

 04 – Après la main dans son corsage,

         La Belge a pris dans son fourneau

         Des poissons nappés de fromage,

         Goujons marinés en Meursault.

 05 – Après le chancre en plein visage,

         Le Belge avait horrible peau.

         Dirait-on pas qu’il a la rage,

         Que son pif est un artichaut ?

 06 – Après des mois de marchandage,

         Le Belge a emporté l’ morceau,

         Part de fion d’un foireux vêlage.

         Au fond, n’est-ce pas ce qu’il vaut ?

 07 – Après un long pèlerinage,

         Le Belge va prendre les eaux

         À Spa dont les décervelages

         Refont le Q.I. des blaireaux.

 08 – Après avoir ouvert la cage,

         Le Belge a libéré l’oiseau :

         Un pigeon, bête à son image,

         Qui, rond, imita le chameau.

 09 – Après un homard à la nage,

         Le Belge va manger du veau,

         Des rognons et, anthropophage,

         Tétons de femmes aux blancs d’poireaux. 

 10 – Après le fion d’un jeune page,

         Le Belge fout son vit dans l’eau.

         Un plongeon, et là, dépeçage :

         Bonbons pour piranhas costauds.

23/06/2016

DES GENS SIMPLES

Elle jouait du ukulélé
lui de la balalaïka.
Elle lisait Anaximène
il préférait Zénon d’Élée.
Elle ne roulait qu’en Duesenberg
il ne jurait que par Koeningsegg.
Elle sirotait des Kriptonitas
il s’enfilait des Xamascas.
Elle raffolait des makrouts
il ne voulait que de l’Ayurvédique.
Elle avait tous les films de Dorothy Arzner
il ne regardait qu’Ishiro Honda.
Elle écoutait Friedrich Grützmacher
il était fou de Lennox Berkeley.
Ils ne se rencontrèrent
jamais & n’eurent heureusement
pas d’enfants.

11/06/2016

ÉTAT DES LIEUX DE LA BOÎTE CRÂNIENNE

Le loup qui hurle
dans sa tête
il doit le nourrir
& le désaltérer
– surtout lui donner
à boire – pour que la bête
lui fiche de temps
en temps la paix.
Il ne se plaint
jamais : en lieu & place
du canidé ç’aurait
pu être un agneau
bêêêêêêêlant de manière
stupide en attente
du tajine
ou de la broche.

22/05/2016

VÉGÉTALIEN

Un jour j’aurai
la pêche
la pomme
la prune
la poire
la banane
la mangue
l’orange
la mandarine
la nana
la cerise
la groseille
la papaye
et une belle
diarrhée.

18/05/2016

L'INCREVABLE

À quatre-vingts ans
hétéro notoire
il courait toujours
deux hases à la fois.
En pleine santé
toujours très vert
il galopait encore
derrière le guilledou.
Excellent sportif
il poursuivait sans cesse
la pretentaine.
Ce ne fut pas la course
à pied qui eut raison
de lui mais un stupide
rhume de cerveau.

22/11/2015

OISIFISSIME

Gésir à ne rien faire.
Les yeux fermés
ne pas penser
ne pas rêver.
Être une respiration
lente profonde tranquille.
S’assimiler au vide.
Devenir du néant.
Ne pas penser
ne pas rêver
gésir à ne rien faire
du tout.

08/07/2015

Deux textes bilingues

Let's Visit New Orleans et Blue Smoke Signals & Zombie Whiskey, deux textes coécrits directement en anglais avec Catfish McDaris et traduits par mes soins, sont à lire sur le site de la revue canadienne Carte Blanche.

27/03/2015

SILLY GAME: CROWD-HOCKEY®

Enfiler une tenue
de gardien de hockey
sur glace
& marcher tout droit
comme ces gens
aux yeux rivés
à leur mini écran.
Comme eux
ne jamais faire
un pas de côté.

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

19/03/2015

COMMUNICATION ERA

Dans le hall de l’hôtel
vers 8 a.m.
alors que je sors

pour mon premier
cigarillo
cinq jeunes
– la vingtaine –
sont installés dans des fauteuils
autour d’une table basse
en train de pianoglisser
du doigt
sur leurs gadgets
dans un silence
de monastère bénédictin.

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

15/03/2015

ORGANIC FOOD

Dans le quartier de Soho
je remarque

sur la vitrine
de plusieurs petits restaurants
la mention
100% organic food
Je me demande

ce que peut être
de la nourriture
non organique.
De la salade
de plastiques
& PVC divers ?
Un steak
de métal attendri ?
Les saucisses
du petit déjeuner
entrent-elles
dans la bouffe
non organique ?

Après vérification, « organic » signifie simplement « bio ».


Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

11/03/2015

ENGLISH BREAKFAST

Les petites saucisses
goûtent le plastique.
Les œufs pochés
goûtent le bizarre.
Les œufs brouillés
goûtent entre la saucisse
et l’œuf poché.
Le bacon grillé
ne goûte rien.
Les œufs cuits durs
les toasts
& les haricots sauce tomate
goûtent l’œuf cuit dur
le toast
& le haricot sauce tomate.
Le café...
Sans commentaire.
Heureusement
le prix du breakfast
est compris

dans la location
tout comme la mélopée
des canalisations d’eau.

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

07/03/2015

ROOM TWO-TWO-SEVEN (III)

Dans la chambre 227
l’expression « tirer
la chasse »
a été remplacée
par celle-ci
beaucoup plus imagée :
« faire chanter
le diplodocus ».

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

03/03/2015

TOWER OF LONDON - II

Impossible
d’ignorer
certaine excroissance
sur l’armure
d’Henry VIII.

Henry VIII.JPG

 

 

 

 

 




On ne peut s’empêcher

de penser
que ce monarque
avait un méchant problème
quelque part
sous le nombril.

27/02/2015

TOWER OF LONDON - I

À la Tour de Londres
la file que forment
ceux qui veulent
apercevoir quelques instants
les joyaux de la couronne
est impressionnante.
À voir la tronche
jusque pas terre
de certains impatients
je les surnomme
illico
« les joyeux
de la couronne ».

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

17/02/2015

ROOM TWO-TWO-SEVEN (II)

Salle de bain propre
mais spartiate :
un évier avec miroir
une petite baignoire
avec douche
et un WC.
Une fois la chasse tirée
quand le réservoir
se remplit
la tuyauterie fait entendre
un long cri
de dinosaure
en rut.
Si c’est la même chose
dans la chambre
d’à côté
il va falloir commencer
par acheter
des boules Quies
ou deux bouteilles
de bon whisky.
Avons-nous
assez de pounds
pour le whisky ?

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

13/02/2015

ROOM TWO-TWO-SEVEN (I)

Chambre propre
mais spartiate :
un lit flanqué
de deux tablettes de nuit
une chaise
un miroir
un support pour
une bouilloire électrique
& deux tasses.
Rien de prévu
pour écrire.
Pas de rideaux
à la fenêtre
juste des tentures.
En face
même topo.
Comme l’écrivait
George Mikes dans
How To Be An Alien
« Les Anglais n’ont pas

de vie sexuelle
juste des bouillottes
d’eau chaude. »
Ou ils sont
simplement
exhibitionnistes
& voyeurs.

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

09/02/2015

RECEPTION DESK

“Sorry, Sir,
we don’t have any
reservation for you…
— Are you sure?
We booked three months ago.”
J’épelle à nouveau
mon nom.
Il revisite son PC.
Rien.
Il fouille dans une pile
de feuilles posées
sur une étagère
derrière lui
en extirpe une
qu’il me montre
avec un large sourire.
Je lis                 
NAME: DJAEJER.
Sauvé !
Mais moi qui pensais
savoir épeler mon nom
en anglais...
Je me console :
le gars lors de la réservation
n’était pas anglophone.

Extrait de Mes tripes à London, recueil inédit.

05/02/2015

APPRENDRE OU ALÉSER ?

J’ai pris mon pied
de nez de biche et d’autres.
Tu as pris le temps
bien que mal ou qu’à faire.
Il a pris la porte
à faux, voix et manteau.
Elle a pris la fuite
mais dut faire appel
à un plombier.
On a pris le large
le long le haut
et même le profond.
Nous avons pris les choses
en main en pied
et à redire.
Vous avez pris le maquis
de Sade et de Carabas.
Ils ont pris la tangente
l’hypoténuse et l’hyperbole.
Elles ont pris un verre
deux verres et de la bouteille.
Puis il fallut tout rendre
sous peine de poursuites
judiciaires.

27/01/2015

PEAU DE RENARD

J’ai écrasé un renard
un soir d’hiver
en rentrant au hameau.
J’ai ramassé la dépouille
et fait tanner la peau.
Depuis      
elle sert une fois par an
quand l’institutrice
parle du petit prince
à ses élèves.           

Franchement
j’aurais préféré
écrabouiller
le blondinet de la haute
plutôt que
cette superbe bête.

Texte publié dans le # 12 de la revue Cabaret,
repris dans Une femme à gros seins qui court un marathon.

07/11/2014

SREVNE’L À

Là et çà
Vilain et cher
Face ou pile
Si bien et tant
Vif ou mort
Modo grosso
Milou et Tintin
Vient-et-va
Net et clair
Pic-éporc
Déjà et d’ores
Ultra plus nec
Maillard-colin
Virgule point.
Tiordne’l à erircé
siamaj a’m en
ésserétni.

14/06/2014

AMBROISIE PARTY

Des poètes
émaciés
des poétesses
décharnées
sont là pour
se gaver de vers
de métaphores
de synecdoques
de litotes
& autres figures de style
en tous genres.
C’est le Midi
de la Poésie.
Ils repartent gavés
comme des oies
mais toujours aussi
faméliques.

16/05/2014

R.I.P.

Nous avons partagé
quelques mots
de silence
quelques regards
aux yeux
clos
quelques gestes
d’immobilité.

C’est que nous sommes
ailleurs
M’sieurs Dames
& qu’il faut
de temps en temps
nous oublier.