Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2021

UN NOUVEAU GENRE DE LAPIDATION

Il fut pris d’une irrépressible quinte de toux. Les gens s’écartèrent, terrorisés. Il tenta de s’expliquer. Impossible tant qu’il crachait ses poumons. La première boîte – des demi-pêches au sirop – l’atteignit à la tempe droite. Étourdi, il tomba à genoux. Une pluie de fer blanc s’abattit sur son crâne : canettes de bière et de soda, sardines à l’huile, petits pois et carottes, thon au naturel. Un magnum de vin mousseux lui cogna l'occiput et le jeta au sol. Il cessa enfin d’expectorer. Lorsque le SAMU arriva, il avait rendu l’âme. Durant la pandémie de Covid, il était fortement déconseillé d’avaler de travers dans un supermarché.

19/09/2021

L'arc-en-ciel sera toujours là

Julos.jpg

Salut, le barde...

J'ai eu la chance de chanter a cappella avec lui
bras dessus bras dessous

LA P'TITE GAYOLLE
sur un quai de gare parisien
retour de Saint-Malo
La Belgique Sauvage s'en souvient peut-être

Les CRS ne sont pas intervenus

19:58 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (2)

17/09/2021

Irréflexions (356)

Les cavalières n’utilisent pas de crème antirides : le cheval sauve âge.

Le havane du condamné nanti.

On parle peu de la cercliture du quadrilatère.

Devenir prêtre : rentrer dans les désordres.

Avec Pâris, on mettrait Hélène en carafe.

14/09/2021

GUINNESS BOOK

Le nombre d’aphorismes écrits en vingt-quatre heures vient d’être battu par G*** G*** avec 5212 productions, soit une moyenne d’un peu plus de quatre phrases par minute, record validé par le Guinness Book. L'éditeur de G*** G*** se frotte les mains !

11/09/2021

SONNETS ALPHABÊTIFIANTS

LES ÉDITIONS TIRTONPLAN
ONT LE DÉSHONNEUR ET LE DÉSAVANTAGE
DE VOUS PRÉSENTER

SONNETS ALPHABÊTIFIANTS

(26 exercices d'hostile au déjà vu)

coécrits par

André Stas & Éric Dejaeger

Illustration de couverture de

Xavier Canonne

Préfarce de Jules Scouflaire

Impression sur vélin blanc 100 gr
sous couverture en vélin bleuet 120 gr
Tirage strictement limité à 50 exemplaires numérotés

À commander uniquement chez les auteurs
stas.academy@gmail.com
ericdejaeger@yahoo.fr
(Il n'y en aura pas pour tout le monde...)

Scan couverture.jpg

Scan sonnet I.jpg

TIRTONPLAN EST UNE MAISON D'ÉDITION
AUSSI ALÉATOIRE QUE MINIMALISTE

10:51 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (4)

09/09/2021

Irréflexions (355)

Les dinosaures n’ont pas totalement disparu. Il existe encore aujourd’hui une variété mutante de raptor : le perceptor.

— Je ne sais que dire…
— Ben, fermez-la !

Il adorait sa chaise, Persée.

Mes armes préférées sont bien au chaud dans mon plumier.

— Éric, fais un effort !
— Un quoi ?

05/09/2021

AVIS DE RECHERCHE

Le philosophe Philémon de la Philardière n’a plus donné signe de vie depuis le 13 juin. Il a été aperçu ce jour-là pénétrant dans le labyrinthe de ses idées et n'en est toujours pas ressorti. Nous faisons appel à des volontaires pour partir à sa recherche. Si intéressé(e), se munir d’un équipement de trekking et de nourriture pour trois mois.

02/09/2021

COÏT CONTRARIÉ

Cupidon, canaillou, tira en l’air fléchette.
Culotté, l’angelot voulait faire un carton.
Coquin de sort, son trait atteignit Jeanneton,
Cette brave gamine appréciant la couchette.

Colin dans le fenil tripotait sa quéquette
Couronnée sur le gland d’un énorme bouton,
Cadeau empoisonné du pervers cureton,
Chut des nues en voyant approcher la jeunette.

Caramba! gémit-il. Que me veut ce tendron ?
Coco, dit-elle, viens ! Mon sexe est un chaudron !
Confus, le fan d’Onan lui dit : — Holà ! caillette,

Comment puis-je annoncer à ce con Cupidon,
Ce titi, que n’ai point de désir pour poulette ?
Casse-toi ! Laisse-moi décharger mon tromblon !

André Stas & Éric Dejaeger
Extrait de Sonnets alphabêtifiants
À paraître incessamment aux éditions Tirtonplan

Tirage limité à 50 exemplaires
Ceux qui acceptent d’acheter un chat dans un sac peuvent déjà réserver

30/08/2021

Pas que du récent (205)

Malet - Poèmes surréalistes.jpgPOÈMES SURRÉALISTES
par Léo Malet

Surtout connu pour les enquêtes de Nestor Burma, le détective qui met le mystère K.O., Léo Malet fut également poète à ses heures et fréquenta les surréalistes entre 1930 et 1945. Il ne fit jamais vraiment partie du groupe, il était plutôt, comme il se (le) doit, une sorte d’électron libre. Ses poèmes sont souvent marqués d’une petite touche érotique.

Un extrait ici.

Éditions de la Butte aux Cailles (1983)
160 pages
Uniquement en occase

27/08/2021

Irréflexions (354)

Il faut dézinguer un max : ce métal a la cote chez les ferrailleurs.

Je ne suis plus ce que je n’ai jamais été.

Revenir sur ses pas, c’est aller de l’arrière.

Raconter les amours d’un hélicon et d’une flûte traversière ; celles d’une harpe et d’une guimbarde ; et celles d’un piano et d’un tam-tam. Qu’il y en ait pour tous les goûts.

— Faut pas ! Faut pas ! hurlait-il avant de faire un fatal faux pas.

22/08/2021

LICENCIEUSES LANGUEURS

Légèrement vêtue, seins nus sous son polo,
Lola riait trop fort, abusant de champagne
Laurent-Perrier frappé en rêvant de l’Espagne,
L’Alhambra, l’Alcazar... mais survint Paolo.

Légende de l’arène et… du waterpolo,
Le ténébreux dit : — Viens, partons à la campagne
Libérer des toros, juste vêtus d’un pagne.
La belle rétorqua : — Olé ! D’ac mais mollo.

Libertad! hurlait-elle en montrant de la fesse.
Livide, chamboulé par une telle adresse,
Lorca dans ses pensées, il approcha la main.

Libidineusement, éberlué l’Ibère 
Lutina le fessier sans rêver à demain,
Lança un Caramba! puis se mit en prière.

 

André Stas & Éric Dejaeger
Extrait de Sonnets alphabêtifiants
(26 exercices d’hostile au déjà lu)

À paraître aux éditions Tirtonplan
en tirage confidentiel

19/08/2021

ENNEMI PUBLIC N°1

Le modus operandi de ce tueur en série était connu : il décapitait sa victime, posait la tête sur un oreiller et, d’un coup de cognée, la fendait en deux longitudinalement. Son leitmotiv : que les gens dorment sur leurs deux oreilles. L’assassin restait introuvable.

16/08/2021

Irréflexions (353)

Pour vraiment s’ouvrir aux autres, hara-kiri ou seppuku ?

Les journaux intimes se tiendraient maintenant, m’a-t-on dit, sur FB. Finis, les beaux cahiers que l’on cachait aux yeux de tous.

L’eunuque ne s’en bat jamais les couilles. Éric-Emmanuel Schmitt non plus.

Me lever tôt m’emmerde. Me lever tard m’emmerde. Me coucher tôt m’emmerde. Me coucher tard m’emmerde. Sans parler du reste.

Oui, j’ai bien vendu l’appeau de l’ours à ce chasseur qui s’est fait tuer par un ursidé.

13/08/2021

DES CHERCHEURS TROUVENT

Après plusieurs années de recherches, des météoro-archéologues de l’université de Stanford viennent de démontrer que la température en Galilée était de –44,6°C le jour où Jésus marcha sur les eaux.

10/08/2021

Un peu de pub (508)

Hubert - Été de la Petite.jpgL’ÉTÉ DE LA PETITE
par Jo Hubert

La Petite et sa mère habitent chez la grand-mère dans une banlieue ouvrière de Liège. L’aïeule est acariâtre, intolérante et puritaine (pléonasme ?) et son époux a juste le droit d’acquiescer ou de se taire. Chaque été, la Petite et sa mère partent pour un mois à la campagne chez la grand-tante rebouteuse et le grand-oncle communiste. Un genre de liberté provisoire au bord de l’Ourthe.
Un récit tout en petites touches, bourré de nostalgie avec des effluves autobiographiques. À lire d’une traite en écoutant, par exemple, Clair de lune de Debussy.

Cactus Inébranlable éditions (Microcactus # 4 – 2021)
74 pages
8€
L’auteure semble n’avoir ni site ni blog
Le site de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS
– PLUS QUE JAMAIS –
À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !

07/08/2021

Irréflexions (352)

Durant la pandémie, les Témoins de Jéhovah ne prospectent plus : ils se contaminent en familles.

Que celui qui n’a jamais été saoul m’invite pour sa première guindaille. Comme conseiller.

Je n’aurai pas le Nobel de la procrastination car je ne peux pas faire moins.

Depuis qu’elle s’est fait greffer des implants mammaires, Jane veut qu’on l’appelle Birkini.

Il est lâche de prendre le cocu par les cornes.

04/08/2021

L'HISTOIRE DE LA PETITE AMPOULE

Il était une fois une petite ampoule toute mignonne, toute fraîche, toute gentille et très bien élevée. Malheureusement, elle était d’une tristesse insondable. En société, chaque fois que quelqu’un demandait : « Qui a pété ? », tous les doigts pointaient vers elle et en chœur : « C’est la p’tite ampoule ! »

01/08/2021

Irréflexions (351)

Beaucoup pensent être LE spermatozoïde qui sera responsable de la fécondation.

Un conte bref s’écrit d’une traite : on l’a en tête mot pour mot avant de le noter. C’est pour cela qu’il est bref. Sauf si on a une mémoire d’éléphant.

J’ai toujours un tournevis sous la main. Pour les grosses urgences, un pied-de-biche pas loin. Coincés en tout genre, faites-moi confiance !

Les éléphants n’écrivent pas de contes brefs.

Les éphémères amants de Lady Châtreley.

29/07/2021

ÉPOUSAILLES

La plus belle clepsydre de la ville épousa un riche cadran solaire. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petites montres et de réveils de voyage qui n’étaient jamais à l’heure.

21/07/2021

JE CRIE DE RAGE

Mon quatorzième titre

aux éditions Gros Textes

vient de paraître :

JE CRIE DE RAGE
(avec une couverture de Jean-Paul Verstraeten).

Dejarger - Je cie de rage.jpg

Il s’agit d’un recueil d’irréflexions avec quelques potacheries (dont de confinement). Il n’est pas encore répertorié sur le site GT : Yves Artufel a fait paraître le recueil juste avant de partir pour sa tournée estivale des nombreux salons du livre de sa région RACA.

Le petit livre format A6 compte 96 pages. Il coûte 7 € (plus frais de port).

Un extrait au hasard en cliquant ici.

Si vous désirez commander un exemplaire : gros.textes@laposte.net.

Pour un exemplaire dédicacé, contactez-moi : ericdejaeger@yahoo.fr.

19/07/2021

Irréflexions (350)

Hyperinactif…

0-0 : footage de gueule !

— Pourquoi bois-tu autant, Éric ?
— Parce que je ne peux pas boire plus.

Pas photo : l’enfant sauvage cassa facilement la gueule au H.P.

Comme je perds sans cesse mes briquets, je viens de m’en offrir un énorme : un Zippopotame.

16/07/2021

AEIOUOIEA

Extraits d’un petit jeu oulipien.

André Stas

Abêti locdu.

Ah ! le vil obtus !

Ahmed dit : Motus.

Alesi mordu.

Alexis, dors-tu ?

Allez, p’tit dodu !

Arletty dos nu.

Assez biscornu...

Bart est-il cocu ?

Calé rit, moldu.

D’acc, Eddy connu.

Fat prend-t-il son luth ?

L’abbé vit l’obus.

Las ! ce fil fondu !

Là, Yéti tondu.

 

Éric Dejaeger

Vu lords mi-béats.

Un Hobbit fêtard.

Turbo vite va.

Tu tors IKEA®.

Nu, con, gille va.

Mulot, prit le chat.

Ludo gicle tard.

Luc, horrible fat.

Lu ton livre… Bah…

Gus mord Iréna.

Ducon fit le ca.

Cuzco, ville d’art.

Culot Michel n’a.

Butor gilet blanc.

Bukowski, t’en as !

05:00 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2021

Un peu de pub (507)

Fraxion - Paraît que.jpgPARAÎT QUE
par Heptanes Fraxion
Couverture de Jimmy Fortier

J’ai déjà dit ici  tout le bien que je pensais de ce poète, un vrai, comme il en manque trop pour satisfaire les amateurs dans mon (mauvais) genre. Le plus simple est de le découvrir en lisant les deux poèmes d’ouverture ici et le dernier de cet excellent recueil ici.

Éditions Nouveaux Délits (collection Délit buissonnier # 5, 2021)
32 pages
12 €
L’auteur semble n’avoir ni blog ni site à jour
Le blog de l’éditrice

N’HÉSITEZ PAS
– PLUS QUE JAMAIS –
À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !
  

10/07/2021

L'ORIGINAL

La pandémie Covid-19 – et ses conséquences – était devenue l’unique source d’inspiration des écrivains. Lui, il détestait les modes. Il s’attaqua à un récit racontant les malheurs et tourments d’un étranger durant une épidémie de peste bubonique, comparant son calvaire à celui de Sisyphe, se terminant par la chute de cet homme révolté. Aucun éditeur n’accepta son travail trop original.

07/07/2021

Un peu de pub (506)

Noncris - La mort ne porte pas.jpgLA MORT NE PORTE PAS DE TALONS AIGUILLES
par Gabriel Noncris
Préface de Théophile de Giraud
Couverture de Frédérique Longrée

Un recueil qui va très loin dans le noir et pas de lanterne en vue. Le mot qui revient le plus souvent (avec ses dérivés ) : « suicide ». Talonné de près par « nihiliste ». Quelques-uns des titres des subdivisions : Sarcasmes venimeux, Anathèmes lucifériens, Sagesse du dégoût… Tout un programme ! Vivement déconseillé aux personnes dépressives.

Un extrait au hasard ici.

Cactus Inébranlable (P’tit Cactus # 79 – 2021)
102 pages
10 €
L’auteur ne semble avoir no blog ni site
Le site de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS
– PLUS QUE JAMAIS –
À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !
L’abonnement aux P’tits Cactus coûte 95 € pour 12 publications,
soit 7,91 € le recueil au lieu de 10.

Voir ici : https://cactusinebranlableeditions.com/produit/abonnement...

04/07/2021

Irréflexions (349)

« Aux violes ! Aux violes ! » criaient les gentes dames en voyant s’approcher troubadours et ménestrels.

Certains crânes rasés ont les poux à l’intérieur.

Si le temps qui passe repassait, il aiderait les femmes au foyer et les aides-ménagères.

Qui se fait incinérer ne se retourne jamais dans son urne.

Que tous les garnements se mettent à créer ! Les critiques hurleront que l’art souille.

01/07/2021

Un peu de pub (505)

Stas - Visions pataphy.jpgVISIONS PATAPHYLATHÉLIQUES
par André Stas

Prenez une planche de dix timbres belges « prior » et attaquez-vous à la surface illustrée (4,3 x 2,8 cm) comme espace de collage. Travail de bédénictin(tin) que l’ami Dédé a effectué sur trente planches, soit trois cents microcollages. Du très grand art, avec la pandémie C-19 en filigrane.

La planche d’ouverture est visible ici.

Éditions Yellow Now (2021)
Trente pages pour les planches, plus un avant-voir et les colophons
Tirage à 330 exemplaires
300 exemplaires courants à 15 €
30 exemplaires de tête avec une planche originale à 100 €
Je ne vous présente plus André Stas
Le site de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS
– PLUS QUE JAMAIS –
À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !

28/06/2021

DÉDICASSÉ

Premier représentant de la « génération tablette », celle qui n’avait pas appris à écrire à la main mais uniquement sur clavier, à devenir lauréat d’un grand prix littéraire, il fut extrêmement embêté quand, lors de son premier salon du livre, des fans lui demandèrent une dédicace.

25/06/2021

Un peu de pub (504)

WAM #2.jpgWAM #2
Revue d’AréPoézi
« Il n’est pas nécessaire aux éclatements de se rendre anodins. »

Ce numéro voit le grand retour en revue de mon vieil ami Roger Lahu avec ses désopilanteries.

Au sommaire :
TEXTES de Myriam OH – Abderrahman Benojja – Éric Barbier – Vincent Galois – Laurent Bouisset – Pascal Ulrich – Antoine Dhoury – Al Zimmer (Roger Lahu) – Christophe Petchanatz – Philippe Pissier – Patrice Blanc – Denis Hamel – Éric Dejaeger (trois poèmes (?) et dix irréflexions) – Didier Trumeau – Matt Mahlen
ILLUSTRATIONS de Walter Jagueneau – Matt Mahlen – Milène Tournier – Pascal Lenoir
PHOTOGRAPHIES de Robert Roman – Saprod
ART POSTAL de Fabrice Fossé – Pascal Ulrich

72 pages A5
Abonnement : 38 € pour 4 numéros
Le numéro : 10 €
Contact : wam.arepoezi@gmail.com

21/06/2021

Irréflexions (348)

Ce n’est pas parce que Coin-Coin Trump est banni de Facebook pour deux ans que je vais rejoindre le troupeau.

Si Coin-Coin ne devient pas le symbole absolu de la connerie du premier quart du XXIe siècle, il n’y aura pas de XXIIe siècle.

Dernier mâle de ma « lignée », je suis une fin de race. J’assume : j’ai refusé de donner du sperme.

Le rognon est un abat au même titre que le cœur.

Existe-t-il un lobby anti lobbys ?

ET BEL ÉTÉ
À TOUT QUI LE LIRA !