Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2019

Pas que du récent (230)

Glineur - Poésie.jpgPOÉSIE
par Jean Glineur

Poète belge parmi les plus discrets, Jean Glineur (1906-1969) n’a, de son vivant, publié qu’en revues. Proche des milieux surréaliste belges, il n’a toutefois jamais adhéré au mouvement. Il fonda à Charleroi la revue Le Soupirail dont six numéros parurent de février 1928 à janvier 1929. Il fait partie de la grande famille des poètes méconnus qui malheureusement le resteront.

Un extrait ici.

Maison Internationale de la Poésie (1979)
Tirage : 1000 exemplaires
Uniquement en occase
Un peu plus sur l’auteur

28/09/2019

GÉMINATION AU CUBE

PIPICACASSOSSO

(Illustration de Jean-Paul Verstraeten)

picasso2'.jpg

27/09/2019

La balade des fendus

Beaux popotins qui devant nous marchez,
N’ayez les puits envers nous trop durcis
Car si envie de nos chibres avez,
Nous serons prompts à vous dire merci.
Vous nous voyez là, fort bander, cinq, six,
Pour cette chair dont l’œil trop nous convie,
Qui nous met dans une transe bénie
Et nos forts os veulent tant en découdre !
De notre état que personne ne rie.
Écartez pour recevoir notre foudre !

Noceurs, nous vous clamons que vous devez
N’avoir dédain, mais lorgner à l’envi
Nos braquemarts, surtout que vous savez
Que tous hommes n’ont pas si beaux zizis.
Excusez nos pénis aussi transis
En quête de croupions pour chaufferie :
Que la chaleur des vôtres nous sourie
Et vienne mettre feu à notre poudre.
Nous sommes durs, et non pas chair pourrie.
Écartez pour recevoir notre foudre !

Vos jolis culs que toujours vous lavez
N’attendent que nos incroyables vits
Prêts à tout vu que d’envie vous crevez
De nous accueillir dans vos doux pertuis.
Nous ferons ça debout, couchés, assis,
De notre semence jamais tarie
Nous ferons don à vos trous de génie.
Même s’ils ont l’étroit d’un dé à coudre,
N’ayez point peur que l’on vous scarifie.
Écartez pour recevoir notre foudre !

Princes des culs, qui craignez barbarie,
Nous vous jurons d’agir sans infamie.
Vous n’aurez nul besoin de nous absoudre
Car hurlerez de plaisir. On parie ?
Écartez pour recevoir notre foudre...

Vrançois Fillon

Texte paru dans Catarrhe #8 (04-2014)
Ce numéro avait pour thème le popotin
Le texte original est ici

24/09/2019

Un peu de pub (446)

Biberfeld - Péter les boulons.jpgPÉTER LES BOULONS
par Laurence Biberfeld

Irène, mère de quatre enfants dont la cadette a 16 ans, vit dans la marge. Elle a été élevée comme ça. Lorsqu’elle va voir son père Lucien à l’hôpital où il était entré pour une opération bénigne, elle le retrouve avec deux mètres d’intestin en moins et une poche à merde (sic). Elle ne fait ni une ni deux : elle décide d’exfiltrer le paternel mais avant elle dézingue le chirurgien qui l’a opéré. Une fois Lucien à l’abri dans un squat, elle continue sur sa lancée en envoyant ad patres sa placeuse du Pôle emploi puis son assistante sociale. Quand sa fille cadette lui annonce qu’elle vient de buter son éducateur qui voulait la sauver (sic), les deux femmes décident de former une coopérative de pétage de boulons, lesdits boulons étant les intermédiaires manipulés par les riches pour appauvrir ceux qui n’ont déjà plus rien. Je n’ai pas compté les cadavres mais ils sont pléthore dans ce roman lancé à tombeau ouvert.

Éditions In8 (2019)
264 pages
17 €
ISBN : 978-2-36224-096-6
Un peu plus sur l’auteure
Le site de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !

21/09/2019

Irréflexions (270)

L’essentiel est visible pour les aveugles, qui en passant emmerdent Saint-Exupéry.

C’est en ne pensant à rien qu’on ne fait de tort à personne. Pensez-y.

« En temps normal… » Parce qu’il y aurait un temps anormal ? Où donc ?

Qui perd les pédales devient-il hétéro ?

18/09/2019

Un peu de pub (445)

Pouy-Raynal - Lord Gwynplaine.jpgLORD GWYNPLAINE
par Jean-Bernard Pouy & Patrick Raynal

Suite à la trahison de deux amis, l’un pour lui ravir sa place de pilote et l’autre sa fiancée, et les manigances d’un procureur de province ambitieux, Erwan Le Dantec se retrouve au secret dans une mystérieuse prison de Guyane. Il y fait la connaissance de l’abbé Vargas, un érudit colombien qui fut jadis le trésorier de Pablo Escobar. Il va passer quatorze années dans l’infâme prison. Après que Vargas lui ait révélé juste avant de mourir l’endroit où il a caché un important trésor en dollars et pierres précieuses, Erwan parvient à s’évader. Il ne rêve que d’une chose : se venger. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un remake moderne du Conte de Monte-Cristo de Dumas. Un joli tour de force car l’intrigue est exactement la même, dans deux mondes que deux siècles séparent.

Albin Michel (2019)
574 pages
23,90 €
ISBN : 978-2-226-39892-5
Un peu plus sur J.B. Pouy
Un peu plus sur P. Raynal

15/09/2019

Irréflexions (269)

Le vide peut m’inspirer, tant qu’il ne s’agit pas de mon verre.

Vive les tarets ! Ils auront raison de la langue de bois.

Un train peut en cacher un autre. Un politicien, plein d’autres politiciens.

Mes cheveux n’ont jamais été aussi longs ni mes idées aussi courtes.

11/09/2019

Un peu de pub (444)

Watrin - Comme disait.jpgCOMME DISAIT L’AUTRE
Petit recueil de fausses citations
pour clouer le bec aux faux intellos
par Dominique Watrin

Comme disait Michel Audiard à Georges Lautner en écrivant les dialogues des Tontons flingueurs : « Les vrais humoristes, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. » Et là, Watrin, il a osé ! Des phrases attribuées à des célébrités qui doivent se retourner dans leurs tombes pour celles qui nous ont quittés. Celles toujours en vie porteront peut-être plainte si elles n’ont une once d’humour. À pisser de rire ! Attention, il faut tout de même une bonne dose de culture générale pour apprécier tout le piment de ce recueil, comme quoi on peut être Grand, biesse et méchant (Cactus Inébranlable, 2012 – Voir ici) tout en étant cultivé.

Un extrait au hasard ici.

Cactus Inébranlable – P’tit Cactus #55 (2019)
90 pages
9 €
ISBN : 978-2-39049-000-5
Le site officiel de Dominique
Le site de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !

10/09/2019

Le préfixe ANTI-

Je ne vous ferai pas l’injure de vous présenter ce préfixe, quelque peu éculé, mais qui n’a pas dit son dernier mot...

01 – AntiChe : allergique aux révolutionnaires latino-américains.
02 – Antidot (père) : paternel qui refuse d’enrichir sa fille en vue de son mariage.
03 – Antilope : qui déteste les pleutres. Syn : antilopette.
04 – AntiCaire : égyptophobe.
05 – Antion : particule qui s’autodétruit.
06 – Antichambre (œnologue) : grand connaisseur qui conserve son vin au frigo.
07 – Antibia (chien) : canin allergique aux os.
08 – Antif : partisan des crânes rasés. Syn : antignasse.
09 – Antire-au-flanc : contremaître/manager qui exige un rendement supérieur à la moyenne.
10 – Antisane : qui exècre les infusions.
11 – Antirolien : personne sur laquelle les bières bavaroises ont un effet émétique.
12 – Antinet(te) : déféqueur qui laisse des traces de freinage sur l’émail.
13 – Antigone : femme qui ne supporte pas les mômes.
14 – Antiran : couillon qui fuit les dictateurs.
15 – Antibétain : Chinois made in China.

Texte paru dans le #23 de la revue Catarrhe (10-2016)

07/09/2019

Un peu de pub (443)

Peltier - La vie.jpgLA VIE RIEN QUE LA VIE TOUTE LA VIE
Poésie minimaliste
par Marcel Peltier

Difficile de notuler en maximum six mots. C’est la contrainte de l’auteur, adepte de la poésie minimaliste, s’inspirant des travaux de François Le Lionnais (cofondateur de l’OuLiPo avec Raymond Queneau). J’en ai déjà trop écrit !

Un extrait ici.

Éditions du Cygne (2019)
60 pages
10 €
ISBN : 978-2-84924-585-9
Le blog de Marcel
Le site de l’éditeur

04/09/2019

Irréflexions (268)

Je prends de la bouteille ? NON ! Je prends LA bouteille !

C’est souvent en se taisant qu’on en dit le plus.

Les végétaux poussent sans chercher à entrer dans la rame de métro bondée.

— Tu reprends un peu de vin ?
— Non, un beaucoup !

01/09/2019

Un peu de pub (442)

Motard-Avargues - Carnet.jpgCARNET D’UN PLONGEUR À SEC
par Vincent Motard-Avargues

Pour (sur)vivre, tu dois passer par des petits boulots. Tu prends un poste de plongeur dans un restaurant non étoilé. Tu t’y mouilles les mains mais n’y prends pas ton pied. Tu racontes cela de très belle manière.

Un extrait ici.

Gros Textes (2019)
56 pages
6 €
ISBN : 978-2-35082-417-8
L’auteur semble n’avoir ni blog ni site
Le blog de l’éditeur
Le catalogue de l’éditeur

N’HÉSITEZ PAS À SOUTENIR
LES (PETITS) ÉDITEURS INDÉPENDANTS !