Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2022

LA CLOCHARDE ET L'ÉGOUTIER

Une vieille dégoûtante
Qu’une grille d’égout tente
Pour se vider l'intestin
S’accroupit sur son destin.

Un égoutier, joyeux drille,
Passe la main par la grille
Et fiste l’intimité
Du bénitier tout mité.

Conseil :
À croupetons sans culotte,
Prenez garde à l’homme aux bottes.

Commentaires

Sublime! :D

Écrit par : Bella de Vnirfou | 03/06/2022

Répondre à ce commentaire

Merci, Bella, même si c'est un peu exagéré.

Écrit par : Éric | 03/06/2022

A peine... :)

Écrit par : Bella de Vnirfou | 03/06/2022

Répondre à ce commentaire

Merci derechef.

Écrit par : Éric | 03/06/2022

Je dirais même que ça touche au génie.
(Un toucher rectal, en l'occurrence.)

Écrit par : Bella | 03/06/2022

Répondre à ce commentaire

Ouille ! Ça manquait de vaseline.

Écrit par : Éric | 04/06/2022

Plus sérieusement, ce que j'aime beaucoup, c'est ce mélange de forme classique (rythme et rimes) avec des termes modernes (fister) et des sujets scabreux. C'est exactement ce que je m'efforce de faire.
Bref, je reviendrai. :)

Écrit par : Bella | 06/06/2022

Répondre à ce commentaire

Malheureusement, aucune spontanéité dans ce genre de texte. On ne peut pas tout avoir.

Écrit par : Éric | 08/06/2022

Comment ça? Qu'est-ce que tu appelles "spontanéité"?

Écrit par : Bella | 08/06/2022

Répondre à ce commentaire

C'est un travail qui demande de la réflexion, ce n'est pas du premier jet comme pour un conte bref.

Écrit par : Éric | 09/06/2022

Ah oui, bien sûr !
En fait, je ne crois pas trop à la spontanéité en poésie, la fameuse "inspiration"...
Il te vient un vers ou deux, mais après, pour en faire un poème sérieux, comme tu dis c'est du travail.

Écrit par : Bella | 09/06/2022

Répondre à ce commentaire

C'est exactement ça.

Écrit par : Éric | 10/06/2022

Oui.

Écrit par : Éric | 10/06/2022

Répondre à ce commentaire

« …Certains écrivains affectent l’abandon, visant au chef-d’œuvre les yeux fermés, pleins de confiance dans le désordre et attendant que les caractères jetés au plafond retombent en poème sur le parquet… les amateurs du hasard, les fatalistes de l’inspiration..... les fanatiques du vers blanc… »
Baudelaire, cité par Verlaine (qui, bien sûr, approuve à 100%): https://fr.wikisource.org/wiki/%C5%92uvres_posthumes_(Verlaine)/Charles_Baudelaire

Écrit par : Bella | 10/06/2022

Répondre à ce commentaire

Baudelaire est mon poète préféré. J'ai lu cinq ou six fois Les Fleurs du mal.

Écrit par : Éric | 11/06/2022

Écrire un commentaire