Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2017

Irréflexions (181)

Sa pensée est aussi tordue qu’une branche de sureau.

Cher soi-disant maître, vous provoquez en moi des poussées de fèces.

D’une amie qui préfère rester anonyme : « Ce type me lacère le clitoris. »

M. Pokora... des pâquerettes.

Commentaires

Ce soi-disant maître a une (petite) vertu : il te fait économiser les laxatifs.

Le bi de Ton.

Écrit par : Marc Bonetto | 06/07/2017

Répondre à ce commentaire

C'est l'unique avantage !

Écrit par : Éric | 13/07/2017

Écrire un commentaire