Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2012

DÉFOULEMENT

Il a attaqué sa journée
à la baïonnette.
Il a tiré les tentures
au bazooka.
Il a coupé les vivres
à la hache.
Il a cassé l’ambiance
à coups de merlin.
Il a brûlé les étapes
au lance-flammes.
Il a écrasé un fichier
au marteau.
Il a écorché un nom
à l’opinel.
Malgré cela
Superpoète
se prétend
non violent.

05/09/2012

BYEBYE

L’amour était parti
en criant « Gare ! »
mais personne
ne l’avait retenu.
L’amitié avait claqué
la porte
mais personne
n’avait entendu le
BLAMMMM !
Ils étaient tous
glués à leurs écrans
de toutes tailles.

Nous faisions la grasse matinée
prenions l’apéro
tenions la maison
en état
et entretenions
le jardin.
Sans trop
d’écran.

03/09/2012

R.I.P. PLUTÔT QUE V.I.P.

Aux enterrements conjugués
(sans faute de grammaire)
de FB, Twitter
et LinkedIn
ils attendaient
quatorze milliards
de fidèles.
Raté.
Ceux-ci étaient déjà
tous
sur un nouveau
réseau
cent fois plus
débilitant.

05/08/2012

PLUS DE SAISONS ?

Quand l’été est pourri
qu’il pleut chaque jour
en juillet
les agriculteurs se plaignent
les vacanciers se plaignent
les HORECAssecouilles se plaignent.
Je pense à l’Irlande
face à ma pelouse
toujours verte.
Surtout à ces enfants
de Dublin
que jadis
« on » enfermait
dans la prison de Kilmainham
parce qu’ils avaient volé
un pain
pour nourrir leur famille !
Les cons
se plaignent
sans arrêt
pour rien.

Kilmainham.JPG

03/08/2012

SAVOIR CE QU'ON VEUT

Le gosse
aux chaussettes dépareillées
n’aime pas jouer
avec les autres gosses.
Il n’aime pas courir
sauter
bousculer
crier.
Le gosse
aux chaussettes dépareillées
s’enferme seul
dans sa chambre.
Il se prépare.
Il travaille les mots
dans sa tête.
Il sait qu’il deviendra
Superpoète.
Mais quand ?

28/07/2012

VIEILLE FOLLE

Dans les allées du supermarché
j’ai croisé plusieurs fois
une vielle
à l’ancienne mode.
La soixantaine bien entamée
elle était vêtue
d’un cache-poussière
en nylon
comme on n’en fait plus
(heureusement pas
transparent)
et probablement juste
des sous-vêtements
par-dessous.
Vraiment pas très
ragoûtant
à voir.
En ramenant ma caddie
j’ai vu qu’elle s’était garée
sur un emplacement réservé
aux handicapés.
Je ne suis pas allé vérifier
si elle avait la carte
ad hoc.
Une chance sur deux...

26/07/2012

ENFIN LA GLOIRE !

Depuis des mois
il est sur fèces-bouc
trente-deux heures
par jour.
Il a trouvé
sa voie !
Il a trouvé
sa foi !
Encore quelques semaines
d’efforts
et il sera
enfin heureux
et surtout
célèbre
avec son milliard
de connards d’ami(e)s.

22/07/2012

LE GROS PORC ET L'ESCORT-GIRL

Gare Centrale
sept heures du mat'.
Un genre de riche
gros porc sexagénaire
(plus grand-chose)
s’extrait d’un taxi
comme une bouse glacée
du derrière d'une vache
puis aide une jeune femme
filiforme
et très très
court vêtue
à descendre
à sa suite.
Je sors mes lunettes
fumées :
le jaune de sa culotte
est le soleil
de la grisaille
de ce matin !

18/07/2012

BIZARRE NOM DE RUE

Elle habite à Wissant
Rue de la Motte au Vent
Et son poil se défrise
Au moindre coup de bise.

Elle habite à Wissant
Rue de la Motte au Vent
Et sa toison s’exquise
Dès que souffle la brise.

 Motte au vent.gif

 

 

 

 

 

 

 


Extrait de Le cri de la mouette en rut au-dessus des dunes de la baie de Wissant est inénarrable, my gritte !
(Les Éditions du Néant - , 2008 – Tirage limité à 2 exemplaires)
Épuisé

14/07/2012

LA POURSUITE

Il y va
à fond les manettes.
Il halète
tel un obèse
aux deux tiers
d’un triathlon.
Il force encore un peu,
à l’extrême limite
de ses forces.
Il ahane
tel un asthmatique
à l’assaut de l’Everest
sans assistance en oxygène.
Loin devant,
insaisissable et toute guillerette,
folichonne
la jolie ballade
que Superpoète
veut capturer
pour l’enfermer
dans son prochain recueil.

11/05/2012

LE VOLEUR

Il a piqué un somme
au rêveur
qui depuis
ne peut plus s’endormir :
l’addition de ses sommes
devait lui faire
découvrir
la quadrature
du pentagone
à côtés courbes.

14/04/2012

LE MOT JASTE

Pourquoi vouloir toujours
trouver
le mot juste ?
Pourquoi renier
le mot injuste ?
Le mot qui sonne faux ?
Le mot fêlé ?
Pourquoi écrire
à l’impeccable ?
Et pourquoi pas
à l’à-peu-près
qui impose
au fainéant lecteur
un travail
d’inagimation ?

19/02/2012

L'ACCORD DE L'ADJECTIF DE COULEUR

Une peur bleu anthracite.
Un teint jaune de Prusse.
Un vote blanc citron.
Un feu vert cassé.
Une robe rose émeraude.
Un regard noir bonbon.
Un nez rouge ébène.
Un nuage gris sang.

08/01/2012

COLÉRE NOIRE

Il éructe
tel un volcan
qui va se réveiller.
Il hoquette
de rage et de fureur.
Pour se calmer
il brise toute la vaisselle.
Il arrache
l’évier de la salle de bain.
Il éventre le divan
et les deux fauteuils.
Superpoète
n’est même pas classé
pour le dernier concours
de poésie

auquel il a participé.

22/12/2011

LA FIN DE LA RÉBELLION ?

Le chef de la résistance électrique
fit sonner le clairon de jambe
ordonna le retrait d’esprit
et se mit en marche de Noé
à la tête de sa piétaille de guêpe.
Ils marchèrent de nuit à vingt heures
sans prendre de repos de chambre.
Arrivés au bout du chemin dans la main
ils s’arrêtèrent de sienne brûlée :
devant eux un précipice vinaigre
derrière eux la répression atmosphérique
bien supérieure en nombre chinoise
armée jusqu’aux dents ton cul.
Que faire de lance ?
Un pas en avant du nord ?
L’affrontement perdu d’office de pute ?

L’auteur laisse aux lecteurs de cartes
le choix du dénouement à l’eau
et s’en lave les mains de leurs sœurs
dans la culotte d’un zouave, et marre y a !

15/12/2011

Les chatons

il la suit discrètement
il sait qu’elle a mis bas
quelque part dans le fond
de son jardin
la petite chatte des voisins

il s’approche lentement

son seul plaisir :
démembrer
des chatons nouveau-nés

pour lui
l’amour n’est pas
un chien de l’enfer
mais
un chaton
écartelé vivant

à chacun
son truc
dans ce monde
de cinglés

Extrait de ma contribution (15 poèmes et une nouvelle) au recueil collectif inédit Buk you !

27/11/2011

MENU DE RÉVEILLON

                                             À Alain Germoz

Des cuisses de grenouilles
de bénitiers.
Des anchois marinés
en trompette.
Du foie gras
du bide.
Des rognons de porcs
de plaisance,
sauce Madère
des der.
Des escalopes de veau
mi-sures.
De la dinde farcie
à métaux.
Du sorbet à la fraise
de dentiste.
Et pour faire passer tout cela
du Saint-Véran
d’oignons,
du bourgogne aligoté
façon SM
et un armagnac hors d’âge
du bronze.

07/11/2011

LA FEMME DÉCALÉE

La tête en éventail.
Les yeux dans le cul.
Le nez en poche.
La langue dans le guidon.
Les seins dans l’autre poche.
La main dans le tiroir-caisse.
Le doigt dans le sac.
Les jambes dans l’œil.

Un pied en coton.
Les orteils dans la tombe.

Qui d'entre vous
mesdames
écrira l'homme décalé ?

14/07/2011

CATCH SURRÉALISTE

Lui marcher sur les pieds
de nez.
Lui faire un croc-en-jambe
de bois.
Lui tirer les oreilles
de Judas.
Lui faire une grosse tête
de banc.
L’envoyer au tapis
volant.
Lui faire rendre gorge
du Tarn.
Lui briser le cœur
de palmier.
Et finalement
le mette K.O.
primitif.

01/05/2011

LES PIEDS DE PLOMB

Se lever le matin
comme d’hab.
Douche.
Décafé noir,
au moins deux mugs.
Avant de partir,
chausser ses gros godillots,
ceux avec les bouts
en métal.
Pour mettre les pieds
dans le plat
et le briser
une bonne fois
pour toutes.

05/02/2011

INSENSÉ

À vue d’œil,
c'est totalement logique.
À vue de nez,
ça l’est déjà moins,
comme si les narines
pouvaient sentir ET voir.
À vue de bouche,
ça rappelle le dentiste.
À vue d’oreille,
ça évoque un éléphant.
À vue de doigt,
c'est la panique :
comment tenir un stylo
ou tourner les pages d’un livre
avec cinq yeux
au bout de chaque main ?

04/12/2010

KORREKT !

Tu dois parler
korrekt !
Tu ne dois écouter
que du korrekt !
Tu dois écrire
korrekt !
Tu ne dois lire
que du korrekt !
Tu dois manger
korrekt !
Tu dois boire
korrekt !
Tu ne dois fréquenter
que des korrekt(e)s !
Tu dois penser
korrekt !
Tu dois vivre
korrekt !
Sinon
tu vas te retrouver
dans un camp de
korrektion !
Et tu mourras
korrekt.

16/11/2010

SÉRIE NOIRE

Le 24 octobre : le téléphone fixe...
Remplacé.
Le 27 octobre : la connexion ADSL...
Rétablie.
Le 1er novembre : le pécé...
En réparation mais remplacé.
On souffle un peu.
Le 13 novembre : un téléphone portable...
Remplacé le jour même.
Le 14 novembre : la voiture...

On verra bientôt
de quoi elle souffre.
La télé,
on s'en fout,
mais à quand la chaudière ?
À quand le frigo ?

À quand le lave-linge ?
À quand le sèche-linge ?
Pas le décapsuleur !
Pas le tire-bouchon !
Pas eux !!!

14/11/2010

AUBE

Ce tout petit matin
le couple de pics-verts
picotait la pelouse
sous la ramure jaune brun
du chêne.
Signe de quoi ?
De bon temps ?
De mauvais temps ?
Va savoir...
Ça fait longtemps
que je n'ai plus vu
le pic-épeiche
Signe de quoi ?
Vaut mieux
pas savoir...

05/11/2010

UN COUP DANS L’EAU ET AILLEURS

                                  À AS-R

Crishcrishcrish…
Crish…
Crishcrishcrishcrish…
Crishcraïïïïïïe !...
« Putains de dieux ! »

En s’essayant
au collage poétique
Superpoète
vient de se raccourcir
le majeur gauche
de deux millimètres.

14/10/2010

CUBITAINER ET OBSTÉTRIQUE

Quand j’ouvre un nouveau cubi,
que j’enfonce deux doigts
- l’index et le majeur -
dans le trou
et fourrage
dans la masse molle
à la recherche du robinet,
j’ai l’impression
d’être un gynécologue
dégueulasse
qui travaille
sans gants.

20/08/2010

JAMAIS TRANQUILLE

Elle diminue
lentement mais sûrement.
Elle rétrécit
comme une peau de chagrin
made in China
qu’on aurait lessivée
à 90° au lieu de 30.
Dans quelques minutes,
il va me falloir
faire l’épuisant effort
de déplacer ma chaise :
le soleil
fait son zénith,
rabougrissant,
racrapotant
de manière inexorable
l’ombre.

Ouzo - Scan couverture.jpg

JE NE BOIRAI PLUS JAMAIS D’OUZO… AUSSI JEUNE (Recueil instantané #2)

35 textes écrits entre le 27/07 et le 15/08/2010
44 pages, format A5
Entièrement imprimé sur papier bleu clair
Couverture 160 gr

Tirage limité à 65 exemplaires
dont 15 contenant une page recto-verso du manuscrit original

Si intéressé(e), contactez-moi…

16/08/2010

CHRONOMÈTRE ET THERMOMÈTRE

J’ai effectué
quelques mesures.
En moyenne,
les dernières gorgées
d’une bouteille de 500 ml
de bière (?)
– Mythos, Heineken, Amstel –
mettent 4’12”
après ouverture
pour retrouver
– en plus de la couleur –
la température
de l’urine.
Une seule solution :
boire très vite !

Extrait de Je ne boirai plus jamais d’ouzo… aussi jeune, recueil instantané n°2.

12/08/2010

LEÇON DE CONDUITE

Pour conduire,
le Grec a besoin de
cinq mains.
La première pour
le téléphone portable.
La deuxième pour
le klaxon.
La troisième pour
les appels de phares.
La quatrième pour
le volant.
La cinquième pour
le changement de vitesse.
Avec une voiture automatique,
il a d’office droit à
deux téléphones portables.

Extrait de Je ne boirai plus jamais d’ouzo… aussi jeune, recueil instantané n°2 qui sera prêt dans deux ou trois jours.

23/07/2010

POURQUOI LA CHIENNE ?

Pourquoi
« chienne de vie » ?
Les chiennes
ont-elles mérité ça ?
Absolument pas
quand je vois la mienne.
Pourquoi pas
« truie de vie » ?
Les truies non plus
n’ont pas mérité ça.
« Hyène de vie »
sonne plutôt moche.
« Femme de vie »,
j’évite
de peur de me faire
écharper.

Quel est donc
l’animal femelle
qui conviendrait le mieux
pour une affreuse, sale et méchante
vie ?