Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2015

Fin du IIIe millénaire (11)

19-02-3000 – Dans le grand nord canadien, des archéologues retrouvent un crâne d’ours avec seulement deux orbites, preuve que les anciens ursidés n’avaient que deux yeux.

20-02-3000 – De nouvelles mises à jour sont enfin disponibles pour WindApples 2413.17®.

21-02-3000 – Le chef des colons de la planète Ace, colonisée depuis quelques mois, lance un S.O.S. : en débarquant sur cet astre de terre battue, nul ne savait qu’elle était sujette à un genre de mousson.

22-02-3000 – En Californie, un tremblement de terre suivi d’un ras de marée vient de mettre fin aux incendies qui ravageaient l’état depuis trente ans. Les anciens propriétaires encore en vie vont pouvoir quitter leurs camps du Colorado et se mettre à reconstruire.

23-02-3000 – Un adolescent qui avait annoncé son suicide sur TronchaKon n’a reçu aucune aide de ses 2 314 439 ami(e)s.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

31/05/2015

Fin du IIIe millénaire (10)

14-02-3000 – Suite à la déroute du groupe Johnny n’est pas mort sur TronchaKon, la firme de disque de cette ancienne icône de la musique annonce la sortie imminente de son deux cent quarante-troisième « Best of », qui comprendra dix-sept secondes d’un enregistrement inédit.

15-02-3000 – Tests ADN à la preuve, l’os retrouvé il y a trois ans sur la planète Tretchink n’est pas le fémur de Christophe Colomb, mais l’humérus de Vasco de Gama.

16-02-3000 – Une nouvelle étude des archives de la famille royale de l’ex Royaume-Uni démontre que le criminel surnommé Jack The Riper n’a jamais existé.

17-02-3000 – Sur la planète Skortch, une avalanche de sable cause la mort de deux cent dix-sept gravillonneurs qui faisaient du hors piste.

18-02-3000 – Le prix Totalgaz de chimie est décerné à Piote McVanpersen pour sa mise au point d’un comburant moins cher mais beaucoup plus polluant que tous ceux existants.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

21/05/2015

Fin du IIIe millénaire (9)

09-02-3000 – Sur la planète Warton, Edmond Picard XVII bat le record universel de plongée en bathyscaphe en descendant à une profondeur de 117 446 km, 274 m, 46 cm et 3 mm. Son retour à la surface est prévu pour dans deux mois.

10-02-3000 – Le porte-parole du gouvernement israélien annonce que les médecins ont remarqué un minime activité cérébrale chez Benyamin Netanyahou, maintenu dans un coma artificiel depuis plus de neuf cents ans.

11-02-3000 – Un tremblement de mer sur Ourikark, planète composée à 99,7% d’eau, provoque la mort de neuf cent nonante-sept des mille douze colons y habitant.

12-02-3000 – Le groupe TronchaKon Johnny n’est pas mort compte à ce jour moins de dix membres, ce qui inquiète un peu la firme de disques de cette icône de la musique des années 1960-2040.

13-02-3000 – Une nouvelle vague de vidéos débiles déferle sur TronchaKon. Il s’agit de se couper le bout du nez avec un sécateur sans crier ni cesser de sourire.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

17/05/2015

Fin du IIIe millénaire (8)

04-02-3000 – Assez bizarrement, cela fait plus de deux semaines qu’il n’y a pas eu de mises à jour pour WindApples 2413.17®. La communauté internaute s’inquiète.

05-02-3000 – Le film Kazablanka, vingt-septième remake d’un vieux succès de la fin du IIe millénaire, remporte la Wincheter de platine au festival de Kanne. Ce film en 5D dure vingt-trois minutes – une durée rarement atteinte ces deux cents dernières années – et a coûté 817 346 000 terrus.

06-02-3000 – Durant la nuit du 5 au 6, dix-sept mètres de neige sont tombés sur le nord-ouest des USA. Les entreprises qui fabriquent des frigos et des congélateurs annoncent d’immédiates mises en chômage technique.

07-02-3000 – Un adolescent de quatorze ans vient de déposer un brevet pour du papier toilette résistant à la pression des doigts. Enfin !

08-02-3000 – La communauté internaute est enfin soulagée : de nouvelles mises à jour pour WindApples 2413.17® sont enfin disponibles. « Je n’en dormais plus, a déclaré un accro. Je m’apprêtais à me suicider. »

09/05/2015

Fin du IIIe millénaire (7)

30/01/3000 – Un Airbus 8500 s’écrase en mer de Mongolie, causant la mort des 14 562 passagers et des 1623 membres d’équipage. Ce drame devrait relancer le débat sur les compagnies aériennes under-cost.

31/01/3000 – Un grain de sable tombé dans un engrenage provoque la faillite de la plus importante entreprise multi-universelle présente sur la planète Poekgear. Plus de quarante millions de travailleurs se retrouvent sans emploi.

01/02/3000 – La planète Ferdihr n’existe plus. L’atmosphère de cette planète était composée exclusivement de gaz inflammables, ce qui obligeait les colons à vivre sous assistance respiratoire. Il est supposé que l’un d’eux a voulu allumer des bougies pour son anniversaire.

02/02/3000 – On apprend que la navette interstellaire qui devait déposer 13 417 émigrants sur Skalpolk a disparu en se posant. Dernier message du pilote : « Mais c’est de la ouate, bordel ! »

03/02/3000 – Record battu pour le Loto universel ! Un joueur a remporté la somme de 417 819 392 728 terrus. L’heureux gagnant a tenu à conserver l’anonymat.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

05/05/2015

Fin du IIIe millénaire (6)

25/01/3000 – Sur la planète Mrofoil, on a trouvé une lettre écrite par un ver de vase intelligent annonçant le décès de Nostradamus le 2 juillet 1566.

26/01/3000 – Le doyen de l’humanité, Trispol Haegrozq, s’est éteint à l’âge de 158 ans, 3 mois, 6 jours, 8 heures, 41 minutes, 14 secondes et 61 centièmes. Le nouveau doyen se nomme Mnoxkal Brostratiroskalevotropovich et est âgé de 157 ans, 11 mois, 24 jours et des poussières.

27/01/3000 – Un événement à Gorslay sur la planète Jekshaim : un collectionneur passionné a réussi à faire rouler en plein centre ville une Citroën C108 de 2487. Elle a parcouru 827 mètres et 23 centimètres en un peu moins de dix minutes.

28/01/3000 – La dernière chapelle de Scientologie ferme sa porte. Une grande victoire pour la Justice Universelle après des siècles de combat.

29/01/3000 – Les archéologues qui fouillent l’énorme colline artificielle de Naples restent persuadés qu’une ville a existé sous toute cette putréfaction fossilisée.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

01/05/2015

Fin du IIIe millénaire (5)

20/01/3000 – Sur la planète Salgritor, on a retrouvé des boîtes de mort-aux-humains fabriquées par les rats qui la peuplaient avant l’arrivée des Terriens.

21/01/3000 – On a retrouvé la lame du couteau sans manche cher à Lichtenberg. L’humour va se faire plus saignant. 

22/01/3000 – Lors de la projection d’un film en 5D, tous les spectateurs se sont mystérieusement transformés en hippocampes. Vu l’absence d’eau dans la salle et l’arrivée tardive des pompiers, aucun n’a survécu.

23/01/3000 – En plein milieu du concert des Lost Tsol sur la Place Verte de Moscou, un mouvement de foule provoque la mort de 12 427 personnes.

24/01/3000 – Après mûres réflexions, la Confédération Helvétique menace de ne plus exporter de gruyère ni d’emmenthal vers l’Union Européenne si le prix de l’eau qu’elle importe devait encore augmenter.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

27/04/2015

Fin du IIIe millénaire (4)

15/01/3000 – Le Chinois Li Tan Su bat le record du monde du saut à la perche avec un bond à 134m41.

16/01/3000 – En Afghaniran, un attentat meurtrier revendiqué par les taliban fait 3217 victimes et 12 647 blessés. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier depuis ces six derniers mois.

17/01/3000 – De nouvelles mises à jour sont disponibles pour WindApples® 2413.17.

18/01/3000 – L’Union Européenne annonce qu’elle va augmenter de cinq pour cent le prix de l’eau qu’elle exporte vers la Confédération Helvétique.

19/01/3000 – Des archéologues sous-marins annoncent avoir retrouvé des vestiges du port d’Anvers, l’un des plus importants ports européens du début du IIIe millénaire.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

23/04/2015

Fin du IIIe millénaire (3)

10/01/3000 – Chez Sotheby’s, une bouteille de Coca-Cola® intacte, retrouvée par un archéologue, atteint un prix jamais approché pour ce genre d’objet. L’acheteur a tenu à rester anonyme.

11/01/3000 – Sur la planète Brokette, une tribu indigène menace de s’autodétruire si on ne lui supprime pas l’électricité qui a un effet émétique sur ses membres.

12/01/3000 – Le firme Bayer® propose de commercialiser à prix d’or un vaccin antiémétique sur Brokette.

13/01/3000 – Pour la première fois depuis près d’un quart de siècle, une truite arc-en-ciel a été pêchée dans le Montana.

14/01/3000 – En France, trois cent vingt millions de personnes manifestent à Paris pour protester contre un projet de loi visant à faire passer l’âge de la retraite de cent cinq à cent dix ans.

19/04/2015

Fin du IIIe millénaire (2)

05/01/3000 – Le roi de France Louis XXXIV annonce officiellement son divorce avec la chanteuse Bianca Rugi.

06/01/3000 – Sur la planète Mézoppe, une colonie minoritaire de Flamands veut imposer sa langue natale à tous les colons.

07/01/3000 – Une minute de silence universelle est respectée pour commémorer le 500ème anniversaire de la disparition du Japon suite à l’énorme tsunami du 7 janvier 2500.

08/01/3000 – On aurait découvert un gigantesque gisement de pétrole sur la planète Zwankip mais plus personne ne sait à quoi cela peut servir.

09/01/3000 – L’explosion du volcan Eyjafjöll, en éruption permanente depuis plusieurs siècles, détruit la moitié sud de l’Islande. L’île n’était plus habitée que par quelques anachorètes.

15/04/2015

Fin du IIIe millénaire (1)

31/12/2999 – Une majorité de personnes pense fêter le début du IIIe millénaire alors qu’une minorité sait qu’il ne commencera que dans un an puisqu’il n’y a pas eu d’année 0 et que donc, etc. L’humain est de moins en moins cultivé.

01/01/3000 – Lors de son discours aux Humains, Hugo Chavez XXVIII, président des États-Unis d’Amérique du Sud, annonce la suppression de la dette colossale des pays d’Amérique du Nord.

02/01/3000 – De nouvelles mises à jour sont disponibles pour WindApples 2413.17®.

03/01/3000 – Un article publié dans The Lancet révèle que des chercheurs wallons viennent de mettre au point un vaccin contre la trappiste, boisson qui depuis des siècles fait des ravages dans la région.

04/01/3000 – À l’ONU, la Tasmanie propose un nouveau processus de paix pour régler le conflit israélo-palestinien.

< Chronique de la fin du IIIe millénaire
(projet en cours d’écriture)

09/01/2015

AZA 2

Anonyme béat contemple deux effeuilleuses, fasciné. Gros homme impatient, jouissive kermesse, liesse misérabiliste. Nullissime orgasme. Pendant que rondouillard se tripote, un vieux whippet xylophage yankee, zinzin, yeux xanthophylles, witloof velu ubuesque tendu, sirote rageusement quelque potion omnipotente. Neuneu malmène lilliputien kiki jaunâtre, ignore handicap, gémit fort, éjacule dans caleçon. Ballet achevé.

Texte paru dans le numéro 21 de la revue L'Autobus (avec AZA 1).

09/02/2014

Conte TGV - LA FIN DU PROBLÈME

Le volubile finit par s’écrouler, percé par les six lances du taiseux.

05/02/2014

Conte TGV - LA MÉPRISE

Le carreau de Guillaume Tell s’enfonça dans la pomme d’Adam de son fils.

23/06/2013

LE SUPERSTITIEUX

Voulant éviter de passer sous une échelle, il fit deux pas de côté, perdit l’équilibre et passa sous un tram.

20/02/2013

LE CRÉATEUR PSEUDONYMÉ

     Il postait sur de nombreux sites de création littéraire. Il mit longtemps à comprendre que la multiplication de ses pseudonymes ne servait à rien : la médiocrité de son inspiration couplée à une pléthore de fautes d’orthographe et de grammaire récurrentes permettait de le repérer en quelques secondes.

12/01/2013

ROMANTISME

Ce soir-là, le soleil s’enfonça réellement dans la mer et les amoureux venus pour profiter du spectacle n’eurent même pas le temps de

Coucher de soleil.jpg

25/12/2012

POURQUOI L'ANNÉE NE COMMENCE PAS LE 25/12

Depuis un hôtel proche de la Crèche et en exclusivité pour ©ana£, voici la première interview de monsieur Joseph Christ.

« Nous sommes en direct de Bethléem, en future Cisjordanie, quelques jours avant le début de notre calendrier actuel. Alors, monsieur Christ, tout s’est bien passé ?
— Je refuse de répondre à des questions relatives à la conception, c’est écrit dans le contrat.
— Je ne parlais pas de la conception, mais bien de l’accouchement.
— Une césarienne, d’après le nom d’un empereur romain né il y a environ un siècle, à un an près.
— Donc, ni conception ni véritable accouchement...
— Si vous prononcez encore une fois le mot « conception », je romps le contrat et ©ana£ devra me verser 10 000 € ou 13,127.58 US$ au cours d’il y a deux heures à la bourse de New York.
— D’accord, monsieur Christ. Comment va l’enfant ?
— Il va très bien.
— La mère ?
— Le gynéco dit que ce sera son dernier.
— Il s’appelle comment ?
— Iscariote. Docteur Iscariote.
— L’enfant !
— Ah, le bébé ! Jésus. Jésus Christ.
— Vous pensez qu’il arrivera à quelque chose dans la vie ?
— J’en doute. Franchement, c’est une région très instable, ici. Si Jérusalem nous avait délivré le visa pour l’U.E. quand mon épouse m’a avoué qu’elle était de nouveau enceinte, elle aurait pu aller avorter à Paris. Mais les marchands d’armes refusent que nous quittions la région car ils ont encore énormément de beurre à se faire dans le coin. Bon, je vous laisse, j’ai rendez-vous dans dix minutes à l’autre bout du village dans un pub irlandais avec un journaliste américain.
— Et pour le calendrier, quand irez-vous déclarer la naissance, monsieur Christ ?
— Ça dépendra du nombre de Guinness qu’on va m’offrir au pub. Merci et bye ! »

(Texte – un peu retravaillé – paru dans Microbe 52 – 03-2009)

12/07/2012

LA LOI DES SÉRIES

Alors qu’elle déposait un bouquet de fleurs au pied de l’arbre contre lequel s’était écrasée un an plus tôt la voiture conduite par son époux avec son fils à ses côtés, un chauffard la faucha et prit la fuite, la laissant agoniser sur le bas-côté de la route.

19/03/2012

LA FRUSTRATION

À la limite de l’orgasme, elle lui souffla : « Je voudrais… que tout ça… recommence… éternellement ! » À la limite de l’orgasme, elle lui souffla : « Je voudrais… que tout ça… recommence… éternellement ! » À la limite de l’orgasme, elle lui souffla : « Je voudrais… que tout ça… recommence… éternellement ! » À la limite de l’orgasme, elle lui souffla : « Je voudrais… que tout ça… recommence… éternellement ! »

(La version intégrale, en recherche d'édition, compte 812 pages.)

31/10/2011

La saga Maigros - Épisode 95 - MAIGROS EN TÔLE

    BANDE D’ENCULÉS D’CONNARDS D’CUL FOIREUX D’MATONS !

  Maigros est d’une humeur massacrante : les gardiens de la prison de Majioulx se sont à nouveau mis en grève et c’est la police qui doit les remplacer. Motif de l’arrêt de travail : le transfert à Majioulx d’une détenue jugée très dangereuse, Daisy Deltchole, surnommée Daisy-la-Dingue, alors que la prison ne dispose pas de quartier de haute sécurité.

 Derrière le dos de sa chef, tipp-exant et faussant en écriture sans la plus infime vergogne, l’inspecteur s’arrange pour être désigné responsable du quartier des femmes. Il est mauvais comme un pet qui ne parvient pas à sortir.

 Quand il prend son service à 18:00, secondé par Poireau, il est à moitié bourré. On sent une colère rentrée qui lui sourd de chaque pore. Sous ses ordres, un groupe de quatre jeunes policières appartenant à un autre commissariat, qu’il connaît très très vaguement.

 — Toi, la grosse moche, tu res’ de planton dans l’couloir principal. TA GUEULE ! Tu fais c’que j’te commant’, point final ! Les aut’s, dans l’bureau avec moi !

 Ils s’enferment tous les cinq dans la pièce réservée au gardien-chef. D’un cabas bon à mettre aux ordures et qui fleure sec le coulage de fonds de bouteilles à bière, il sort des gobelets en plastique et une bouteille de whisky. Sous le regard ébahi des trois novices, il verse de larges rasades et distribue les gobelets à la ronde.

 — Santé, les poulettes ! SANTÉ ! Et on la ferme ! J’bosse direc’ avec la divisionnaire, mwâ… Primo, la dernière fois qu’Daisy-la-Dingue s’a échappée, elle a étranglé une gardienne avec le soutif à l’gardienne ! Alors, hop, les soutifs, interdits ! Allez, on enlève ! J’tiens pas à z’avoir une morte su’ m’conscience. EXÉCUTION !

 Rouges comme des écrevisses, les trois femmes lui tournent le dos et, essayant tant bien que mal de rester cachées aux regards vicieux de Maigros et de Poireau, elles se débarrassent de leurs soutiens-gorge.

 — Parfait ! Donnez-moi ça ici ! Confisqués jusqu’à nouvel ort’ ! Et maint’nant, cul sec ! Allez ! On vide son godet ! Bien ! Deuzio, toi, tu vas dire à l’grosse moche de faire comme vous et rapport’-moi sa paire de gros bonnets ! Allez, zou ! Donnez-moi vos verres !

 Maigros remplit à nouveau les gobelets. Son émissaire revient avec le sous-vêtement de la policière en faction dans le couloir.

 — Jarnidieu ! Je l’prendrais bien comme nouveau kertin1 ! Après tout, va la chercher. Y a pas d’raison qu’elle trinque pas avec nous-aut’ !

 Deux heures plus tard, les quatre matonnes malgré elles ont toutes roulé sous la table.

 — J’ai cru qu’on n’aurait jamais assez d’gnôle pour entasser la grosse moch’té ! Allez, Poireau, au boulot. Comme on a dit. J’m’en vais régler l’affaire avec l’aut’ dingote.

 Pendant qu’un Poireau aux mains baladeuses bâillonne et ligote les quatre femmes inconscientes, Maigros s’en va discuter avec Daisy-la-Dingue au travers du judas de sa cellule.

 — Tais ta gueule et écoute, Deltchole. J’en ai rien à cirer de d’voir te surveiller. Alors, j’vais t’faire sortir discrèt’ment, tu t’tailles fissa et tu t’arranges pour qu’on te r’verra pas d’si tôt. Pour le res’, j’m’en occupe. C’est jus’ que t’auras une évasion d’plus à ton palmarès. D’ac ?

 En dix minutes, Daisy Deltchole a réussi sa sixième cavale. Maigros revientCapture d¹écran 2011-08-28 à 15.22.50.jpg dans le bureau. Il bâillonne et entrave Poireau puis, prenant son courage à deux mains sales, il se cogne une bonne fois l’arrière du crâne contre l’arête métallique de la porte du local. Suffisamment pour s’entailler le cuir jadis chevelu mais pas assez pour tomber dans les pommes. À l’aide de son mouchoir éternellement crasseux, il essuie les traces sur l’huis et se couche au sol. Il ne lui reste plus qu’à patienter. La paix vaut bien trois points de suture et un léger mal de crâne.

1 kertin (wallon) : cabas

La saga Maigros - Cactus Inébranlable éditions - 15 € (+ port)

15/06/2011

Writers Serial Killer

xxxJ’ai commencé par trucider Amélie Nothomb. Comme je le pensais, ça n’a pas suffi. Alors j’ai euthanasié Michel Houellebecq. Sans plus de progrès. J’ai mis les bouchées triples : j’ai immolé Jim Harrison, incinéré Frédéric Beigbeder et massacré John Irving à la queue leu leu. Sans le moindre changement. Bien que découragé, j’ai décidé de persévérer. J’ai étranglé Éric-Emmanuel Schmitt, pendu Dan Brown, asphyxié J.K. Rowling, flingué Philippe Sollers, empoisonné Mary Higgins Clarck et fusillé Jean-Paul Dubois...

xxxAprès une pause de deux mois qui n’a rien changé à ma situation, je me suis à nouveau retroussé les manches pour égorger Jonathan Coe, saigner Stephen King, électrocuter Patricia Cornwell, noyer Marc Levy, empaler Fred Vargas, étriper Bret Easton Ellis, démolir Michael Connelly, éventrer J.M.G. Le Clézio, occire Douglas Kennedy, guillotiner Paulo Coelho, écarteler Alexandre Jardin, tronçonner Guillaume Musso et finalement lapider Philippe Labro (assez fatigante, cette dernière épreuve).

xxxEh bien, vous ne me croirez peut-être pas : malgré tout le mal que je me suis donné, je ne parviens toujours pas, bordel ! à entrer dans le top 50 des ventes de la Fnac avec mes propres livres !!!

15/01/2011

BLAISE-LE-BOUSEUX - LES 15 MORCEAUX

Pour celles et ceux que cela intéresserait, voici les 15 morceaux en un seul fichier.

100 % de REBELOTE ET DIX DE BOUSEUX

...C’est dimanche. La pluie a cessé au petit matin mais c’est trop tôt pour retourner aux champs. Après la messe, Le Rendez-vous des Paysans fait salle comble. On ne parle que de l’événement : la ferme des Grands Prés est partie en fumée.
...
« Et les pompiers ? Z’ont fait quoi ?
...
— Comment on pouvait savoir ? On la voit d’nulle part, la cense au Bouseux ! Et la nuit, tu dors pas, toi ? Tu trais en r’gardant les étoiles ?
...
— C’est Colin-Cochon qu’a vu d’la fumée au p’tit matin. »
...
L’intéressé, entendant son nom, quitte un groupe pour venir raconter son affaire à d’autres.
...
« Ouep ! J’partais voir mes bêtes en pâture – un muscadet, merci ! – quand qu’j’ai vu c’te colonne de fumée bizarre du côté d’chez l’Blaise. Quand que j’suis arrivé, toute la bicoque était cramée comme une tranche de lard oubliée sur le grill. Qué pitié ! J’ai app’lé les pompiers et la gendarmerie mais i’ avait p’us rin à faire, à part r’froidir les cendres. Z’ont trouvé deux corps dans l’cuisine mais j’pense pas qu’ça soit l’Blaise : son vieux Massey, l’était pas dans s’n’hangar là où qu’i’ l’remise toujours. Et qui qu’aurait volé un tas d’ferraille pareil ? Un antiquaire e-d’Paris ?
...
— Où qu’i s’rait, alors, le Bouseux ?
...
— Z’ont cherché dans la fosse à purin ? Ça s’rait b’en sa place, non ?
...
— Oh, Flavien ! Du respect pour les m… Enfin, merde, les gars ! L’est pas mort tant qu’on n’l’a pas r’touvé, l’Bouseux !
...
— L’avait son caractère mais, bon, c’t’un gars d’ici. Mauricette, r’mets une tournée ! Deux corps, tu dis, Cochon… Vous vous souv’nez, les deux pas d’ici qu’étaient au marché ?
...
— Pour ça ! Des gueules à boire d’la pisse de vache pour du muscadet !
...
— Oué, i’ cherchaient une pétasse qu’a logé quék’ nuits chez la Gervaise et p’is, qu’a disparu d’la circulation comme qu’elle était v’nue. Y a quelqu’un qui la connaissait ? »
...
Les douze coups de midi résonnent au clocher du bourg. La porte s’ouvre avec fracas. Benoît-le-Benêt entre en trompe dans le bistro.
...
« Flavien ! FLAVIEN-LA-FLATTE !
...
— Tu veux quoi, Benêt ?
...
— C’est l’Bouseux ! I’ m’a dit c’matin de t’donner ça à midi pétant, sinon qu’i’m’tuerait comme les deux autres… Une lettre…
...
— Putain ! »
...
Flavien prend l’enveloppe, la déchire, déplie la feuille et lit à haute voix dans la pièce où le silence s’est fait.
...
Sale flatte d’étrangé c’est toi qui m’a baisé en me prenen la Manon. sale por j’ai pu rin. pu kmoi et mon massey. mai pour toi aussi s’est fini. ta cense brule avec moi et mon tracteur dedan. je t’arachrez les couilles en nenfer. Blaise Ferronard
...
« Ohhhh ! Z’entendez ! C’est ’core les pompiers ! »

FIN

13/01/2011

REBELOTE ET DIX DE BOUSEUX

(52 % de) REBELOTE ET DIX DE BOUSEUX*

 Le morceau précédent est ici.

...C’est dimanche. La pluie a cessé au petit matin mais c’est trop tôt pour retourner aux champs. Après la messe, Le Rendez-vous des Paysans fait salle comble. On ne parle que de l’événement : la ferme des Grands Prés est partie en fumée.
...
« Et les pompiers ? Z’ont fait quoi ?
...
— Comment on pouvait savoir ? On la voit d’nulle part, la cense au Bouseux ! Et la nuit, tu dors pas, toi ? Tu trais en r’gardant les étoiles ?
...
— C’est Colin-Cochon qu’a vu d’la fumée au p’tit matin. »
...
L’intéressé, entendant son nom, quitte un groupe pour venir raconter son affaire à d’autres.
...
« Ouep ! J’partais voir mes bêtes en pâture – un muscadet, merci ! – quand qu’j’ai vu c’te colonne de fumée bizarre du côté d’chez l’Blaise. Quand que j’suis arrivé, toute la bicoque était cramée comme une tranche de lard oubliée sur le grill. Qué pitié ! J’ai app’lé les pompiers et la gendarmerie mais i’ avait p’us rin à faire, à part r’froidir les cendres. Z’ont trouvé deux corps dans l’cuisine mais j’pense pas qu’ça soit l’Blaise : son vieux Massey, l’était pas dans s’n’hangar là où qu’i’ l’remise toujours. Et qui qu’aurait volé un tas d’ferraille pareil ? Un antiquaire e-d’Paris ?
...
— Où qu’i s’rait, alors, le Bouseux ?
...
— Z’ont cherché dans la fosse à purin ? Ça s’rait b’en sa place, non ?
...
— Oh, Flavien ! Du respect pour les m… Enfin, merde, les ga

* Comme annoncé dans les commentaires du morceau 3, 14,52 morceaux. Soit, ici, 1321 signes sur un total de 2540...

09/01/2011

LE BÛCHER DES VA-NU-PIEDS

Le morceau précédent est ici.

...Blaise prépare méticuleusement trois verres d’absinthe sous l’œil malveillant d’un revolver gros calibre constamment dirigé vers sa poitrine.
...
« Vous permettez que j’m’en fasse un bien tassé, vu qu’c’est mon dernier ?
...
— Vas-y, paysan, prends-en une dose de cheval. Mais traîne plus trop, on n’a pas qu’ça à faire et il est déjà tard.
...
— Faut pas gâcher l’travail, qu’mon père i’ disait toujours. L’absinthe, c’est comme la messe : on sert pas ça n’importe comment… »
...
Le bouseux s’applique et finit par déposer un verre devant chacun de ses deux « invités ». Il se rassoit, la bouteille à côté de son verre.
...
« N’espère pas profiter d’un second, paysan.
...
— Bah, l’espoir fait vivre, nan ? À la vôtre… Bon, j’vais goûter vot’ cigare. »
...
Le Bouseux déballe délicatement le boulon et examine la bague.
...
« Vingt dioux ! Vingt-z-euros ! Ça rapporte, vot’ turbin !
...
— T’imagines pas, paysan ! Allez, magne-toi ! Y a Marco qui attend qu’on te saigne comme le pourceau qu’t’es, qu’on te démembre comme Ravaillac, qu’on t’passe à la moulinette comme dans Fargo et qu’on balance tes restes dans ton infâme fosse à purin. »
...
Blaise sort une boîte d’allumettes de la poche de sa salopette tachée de sang séché. Il en prend une et, en la craquant, renverse la bouteille d’absinthe dont le contenu se répand sur la table.
...
« Quand les cons iront à la pêche, tu s’ras responsable de l’épuisette, paysan ! »
...
Le Bouseux sourit très bêtement, jette l’allumette enflammée sur le liquide saturé d’alcool et plonge sur le côté. La table s’enflamme. Deux détonations éclatent. D’une ruade digne de la Brunette quand elle est de mauvais poil, Blaise renverse la table sur les deux trafiquants et plonge vers le cellier. Il attrape deux autres bouteilles d’absinthe qu’il balance dans la cuisine. La pièce s’embrase. Les malfrats hurlent. Le revolver crache à nouveau. Le bouseux claque la porte du cellier et pousse le verrou intérieur. Il soulève une trappe pratiquement invisible et, suivant un étroit tunnel qu’il parcourt à quatre pattes, se retrouve dans la buanderie. Sans reprendre haleine, il revient vers la porte de la cuisine et en coince le loquet avec une chaise. À l’intérieur, il entend des coups portés de plus en plus faiblement contre la porte du cellier. La chaleur s’intensifie. Il sort dans la cour, attend. Bientôt, les vitres éclatent et les contrevents s’embrasent. L’incendie gagne tout le corps de logis.
...
Le Bouseux crache par terre, se dirige vers la grange et démarre son vieux Massey Fergusson.

03/01/2011

BLAISE-LE-BAISÉ

Le morceau précédent est ici.

...La fumée des havanes embrume la cuisine d’un voile bleuâtre et odorant. Blaise termine de s’essuyer les mains.
...
« Tu veux un Cohiba, paysan ?
...
— Un coït bas ? Et quoi encore ?
...
— Un havane, paysan ! Tu l’as bien mérité.
...
— Mon blaze, c’est Blaise. Vous m’proposez l’cigare du condamné ?
...
— On n’peut rien t’cacher, paysan. Assieds-toi !
...
— Vous manquez pas d’air, tous les deux. Vous débarquez dans mon exploitation, vous dézinguez ma servante à coups d’tranchoir et d’pied-d’biche, vous m’forcez à la dépiauter et à faire disparaître les morceaux… J’vous ai rien d’mandé, moi ! J’étais peinard avec la Ginette…
...
— Ta Ginette, elle s’appelait Laurette, paysan.
...
— M’en fous. Qu’est-ce qu’elle vous a fait pour qu’vous lui fassiez un truc pareil ?
...
— Ta boniche, paysan, elle avait rien d’une boniche. Elle t’a pas dit pourquoi elle était en cavale ?
...
— Nan. On n’est pas curieux par ici.
...
— Laurette avait fait des études très poussées en chimie et depuis presque deux ans, elle travaillait dans notre labo.
...
— Où qu’il est l’mal ?
...
— T’es vraiment pas futé, paysan ! On peut bien te l’dire puisque… Tiens, v’là l’cigare du con… damné ! On fait pas dans l’médical ou dans les engrais, paysan. On fait dans la came, la dure. Héroïne et crack, si tu veux tout savoir. Et Laurette fabriquait ça comme un chef. Le problème, c’est qu’elle a commencé à avoir des états d’âme et, comme on voulait pas la lâcher vu qu’elle en savait trop, elle s’est fait la malle.
...
— Dites, avec le cigare, j’pourrais aussi avoir un dernier verre ? R’gardez, là, j’ai d’l’absinthe de contrebande, un vrai régal…
...
— D’accord, paysan. Prépare trois verres. Ça nous donnera du courage pour après ! Ahahah ! Et fais gaffe : on t’a à l’œil ! »
...
Blaise-le-Bouseux se lève pour prendre la bouteille, des verres et le matos ad hoc. Un dernier coup de gnôle, un dernier cigare… Il n’a pas encore dit son dernier mot.

12/12/2010

Extrait de BANLIEUE DE BABYLONE

10. Pêcher autre chose que des truites arc-en-ciel

Ce jour-là, Un-Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage a jeté son dévolu sur Prairie Wolf Creek pour une partie de pêche avec son grand ami Big Jim. Pour la petite histoire et les connaisseurs, ce dernier à choisi une mouche Royal Coachman Classic Streamer ($5.95 les trois). Un-Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage a préféré une Matuka Olive Grizzly ($5.85 les trois).

Après deux heures les cuisses dans l’eau, Big Jim a déjà cinq belles prises contre que dalle pour son bro. Un-Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage ne se décourage pas, il sait que c’est une question de patience, comme d’attendre le passage d’un corbeau dans une chambre au quatorzième étage d’un hôtel de Kyoto : il finit toujours par en passer un.

De fait, il a une touche. “It’s a big one, Jim! A really terribly big one!” lance-t-il au cuistot sur la berge. Pendant que son ami bataille, Big Jim continue à préparer le déjeuner.

Un petit gars plutôt anachronique arrive et lui demande s’il n’aurait pas vu passer sa sœur Ophélie qui se baignait en amont. Un-Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage lui crie d’attendre, qu’il essaye de la ramener, mais sa ligne casse et le petit gars plutôt anachronique continue son chemin, refusant l’invitation à déjeuner avec les deux pêcheurs.

[Un des quinze textes de mon Un-Grand-Chapeau-Noir-Sur-Un-Long-Visage, in Banlieue de Babylone.]

09/11/2010

IL PLEUT SUR LA BEAUCE

Le morceau précédent est ici.

...Depuis deux jours, il pleut sur la Beauce et Blaise-le-Bouseux s’en frotte les mains. Comme il ne peut pas aller aux champs, il a un peu de temps libre qu’il consacre à deux activités : écluser des canons ou des pressions au Rendez-vous des Paysans et, surtout, espionner la Ginette. Il bave d’envie de découvrir pourquoi deux types bizarres la recherchent. Mais… il ne trouve rien. Sa bonne bonne fait son travail consciencieusement et il a beau rentrer plusieurs fois par jour dans la maison avec ses bottes crottées, histoire de l’énerver, elle ne répond pas à ses provocations boueuses.
...
En fin de matinée, pendant qu’elle préparait le déjeuner, il a percé quelques trous aussi discrets que judicieusement placés dans le plancher du grenier au-dessus de sa chambrette. Grâce au double de la clef, il a pu aller ramasser les copeaux en bas et elle ne se doute de rien. Ce soir, elle le croira en vadrouille mais il sera là-haut, à la mater.
...
Après le dîner, le Bouseux dit à Ginette qu’il s’en va s’en jeter quelques-uns au bourg. Il laisse son tracteur à trois cents mètres de la ferme et revient en catimini s’installer dans le grenier. Un peu avant 21h, Ginette regagne sa chambre. Elle allume la soufflerie électrique, fait chauffer une casserole et un petit poêlon d’eau pour faire sa toilette et se préparer une tasse de thé. Dès qu’il fait assez chaud dans la pièce, elle enlève son tablier qu’elle jette dédaigneusement sur une chaise. Au grenier, si le plancher était en sapin plutôt qu’en chêne, il y aurait un trou de plus. Le Bouseux n’a jamais vu de dessous aussi affriolants et subit une érection aussi éléphantesque que douloureuse. Pendant que son thé infuse, Ginette commence sa toilette. Blaise craint pour son membre viril : il a peur qu’il n’éclate mais n’ose pas trop bouger pour ne pas révéler sa voyeurique présence. Son existence se réduit à un œil et un membre viril distendu.
...
Un terrible craquement le fait sursauter et retrouver tous ses sens. Ginette hurle. Blaise recolle un œil au plancher. Les deux quidams du marché sont dans la pièce. L’un d’eux tient un énorme pied-de-biche avec lequel il a fracturé la porte comme un malade. L’autre exhibe un tranchoir de boucher et un sécateur.
...
« Alors, Laurette, on a voulu nous doubler ?
...
— N… Non, non, bégaye la jeune femme. J’vais tout vous expliquer…
...
— C’est ça ! répond le balèze en faisant claquer les mâchoires de son sécateur. »
...
À l’étage, Blaise rampe le plus discrètement possible vers l’échelle. Il est aussi blanc que le lait de ses vaches. En bas, Ginette se remet à hurler.


(Plus que 2,52 morceaux à concocter pour en voir la fin !)

01/09/2010

MYTHO ?

...Approchant de Thèbes, Œdipe sortit de sa besace un paquet de papyrus et se mit à relire les milliers d’énigmes et leurs réponses qu’il avait consignées depuis des années, un oracle lui ayant prédit qu’il devrait un jour affronter Sphinx. Il était certain que la réponse à la question qu’allait lui poser l’horrible fils de Typhon et d’Echnida se trouvait dans ses notes.
...
Après plus de quatre heures de lecture, Œdipe se décida et parcourut au petit trot les quarante-deux kilomètres et cent quatre-vingt-quinze mètres qui le séparaient de l’antre de la bête-homme.
...
Même pas essoufflé – malgré un Chronos qui, s’il avait pu être homologué, serait à ce jour le dix-septième depuis son temps - il se planta fièrement devant le monstre et dit : « Pose ta question, Sphinx, je suis pressé ! »
...
Sphinx le toisa sans se démonter. Il lâcha – ô surprise – une sonore caisse.
...
« Moi aussi ! grogna le tératoïde en couvrant la déflagration d’une deuxième vesse. Voici l’énigme : on me trouve dans le désert, on doit (pffrrououout) mettre des gants avec moi et, surtout, je peux faire taire le sphincter de Sphinx. Que suis-je ? »
...
Étonné par la question, Œdipe lui demanda de rÉpéter. Ce que Sphinx fit (flêtflêtflêt) sans déjà faire.
...
« Euh...
...
— Mais encore ?
...
— Phh....
...
— Plus vite !
...
— Ben... »
...
Gnapscrunchscrunch. Sphinx dévora le jeune homme, nous privant à tout jamais d’un complexe et, malheureusement, d’un remède contre la flatulence inopinée.
...Quant à Jocaste... Mais c’est une tout autre histoire.